Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 05:38

Station de dessalement d’eau de mer d’Oued Essebt : Un projet d’envergure «Made In Algeria»

station-de-dessallement-Oued-Essebt.jpg

 

Le projet de réalisation de la station de dessalement d’eau de mer d’Oued Essebt (w. Tipasa) d’une capacité de production de 100.000 m3, sera lancé vers la fin du premier trimestre de l’année prochaine.

Initialement il a été projeté de mettre en service la station en 2011. Seulement entre temps, le 27 juin 2009, la société anglaise Biwater construction LTD/ Arcofina, a décidé de résilier le contrat de partenariat avec la partie algérienne, en l’occurrence Algerian Energy company (AEC), pour la réalisation, et à terme la production et la gestion de ce projet.

La rétractation du partenaire anglais a induit inéluctablement un report de la date de l’entame des travaux et causé un préjudice certain. Devant ce fait accompli, tous les moyens nationaux susceptibles de réactiver le projet ont été mis à contribution. Actuellement, un accord d’association entre des entreprises nationales en phase de finalisation.

Celui-ci permettra de créer une société pour réaliser la station de dessalement d’eau de mer d’Oued Essebt. Les actions de la future entreprise seront détenues, selon des informations, par l’AEC (36%), Sonatrach Aval (34%), Sonelgaz (15%) et l’algérienne des eaux (ADE) (15%). Une fois la société mise sur pied, il sera ensuite question de l’élaboration du planning du projet, donc la préparation de toutes les conditions devant permettre la réussite de l‘étape importante de la réalisation.

Ainsi la grande station d’Oued Essebt sera la première du genre à être réalisée entièrement sans avoir recours à des compétences et au savoir-faire étranger. Dans ce cas, l’outil national, en se lançant ce pari s’en sortira doublement vainqueur. D’une part, il a réussi à réactiver un projet que d’aucuns vouaient à l’échec sans le concours de partenaires étrangers, et de l’autre, il donne la preuve qu’il maîtrise le savoir-faire dans le créneau de dessalement d’eau de mer.

Ceci a été possible grâce au transfert de la technologie qui s’est opéré notamment, avec le capital d’expérience cumulé lors de la construction des différentes stations de dessalement déjà mises en service ou sur le point de l’être.

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires