Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 11:32

La valorisation du fruit en perspective

figue-de-barbarie.jpg

La deuxième édition de la fête de la figue de Barbarie de Sahel (Bouzeguène) organisée les 22 et 23 août par l’association culturelle du village sous l’égide de l’APW , de la direction de la culture et de l’APC a connu une notable évolution avec une prise de conscience plus pointue des enjeux de la manifestation.
Le ton a d’ailleurs été donné par le P/APW de Tizi-Ouzou à l’ouverture de la fête, en prônant une démarche et une réflexion privilégiant une vision et une réflexion à même de revaloriser ce fruit exotique et donc d’assurer la pérennité de l’événement. Autrement dit, à s’éloigner de la folklorisation et du tout festif qui minent l’avenir de ce genre de manifestations. Ce en quoi ont anticipé les organisateurs qui ont peaufiné leur programme en y intégrant des activités intéressantes comme cette communication de M. Belgat Saci, Dr en agronomie à l’université de Mostaganem, sur la figue de Barbarie dont il déplore le peu d’intérêt que lui accordent les pouvoirs publics qui ne savent même pas la superficie et l’importance économique de ce fruit du terroir gracieusement offert par la nature et dont l’huile qui en est extraite se négocie à des prix exorbitants en Occident.
L’on retiendra aussi cette exposition thématique de l’ETS Délice africain de Birkhadem ( Alger) qui, après avoir mis au point et développé le vinaigre de figue de Barbarie avec ses indications d’amaigrissant, de régulateur de l’appétit, de digestion, d’élimination des graisses, s’est lancée avec succès dans des recherches pratiques sur les vertus de la fleur et de l’huile de la fleur et de la graine de la raquette, des vertus thérapeutiques du fruit en tant qu’anti-diarrhéique et tonicardiaque, projette de se lancer dans des recherches sur la raquette de la figue de Barbarie, aliment végétal par excellence et engrais bio.
L’établissement a d’ailleurs réalisé un excellent film documentaire sur le figuier de Barbarie.
La qualité des exposants et des intervenants qui sont venus de quatre wilayas a conféré à cette édition une dimension plus que régionale. En guise de perspective, le président de l’association Sahel inscrit au premier plan la valorisation de ce fruit par la création de coopératives aux fins d’englober la relance commerciale de ce produit en liant économie et environnement sachant que le figuier de Barbarie dont le fruit se négocie actuellement à 200 DA le kilo, est aussi un excellent rempart contre les incendies. Un projet loin d’être surréaliste avec cette promesse de doubler la subvention annuelle de la manifestation qui est de 50 millions de centimes.
Trente trois exposants et associations ont intégré l’événement avec leurs produits artisanaux, leurs labels et leurs innovations, comme cette ingénieuse exposition de Aït-Bouaddou, sur le recyclage des déchets ménagers.
Source Le Soir d’Algérie S. Hammoum

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires