Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 23:00

Algérie -  8e édition maraîchères à Tipasa
Présence en force des subdivisions agricoles

agriculture

 

C'est au cours de ce week-end, qu’a pris fin cet important événement agricole qui a démarré, rappelons- le, le 25 mai.
Cette édition a vu la participation de plusieurs fabricants de produits phytosanitaires, à l'instar des sociétés Bayer, Agrichem, Syngenta, Profert, Alliance Chimie Algérie et Agro Consulting International. Cependant, ce qui avait marqué particulièrement cette 8e édition fut la participation de la majorité des subdivisions agricoles de la wilaya au sein desquelles évoluent l'ensemble des entreprises agricoles collectives (EAC) et des entreprises agricoles individuelles (EAI). Ainsi, la subdivision de Hadjout et de Koléa s'étaient distinguées par de beaux spécimens de poivron, de tomate et d'oignon. Ce furent, tour à tour, les produits exposés provenant de Bourkika, Cherchell, Gouraya et Bou-Ismaïl, qui ont ravi la vedette. La présence à cette exposition du wali de Tipasa fut l'occasion pour le responsable de la Chambre d'agriculture de préciser les nuances remarquées dans les différentes variétés de cantaloup, dont l'origine serait italienne du fait de leur provenance de Cantalupo, en Italie. Mais au-delà de ces produits spécifiques à la Mitidja ouest et du Croissant fertile de Damous, Gouraya et Menaceur, le public et les spécialistes agricoles invités ont eu droit à des exposés instructifs, à l'instar du thème présenté par M. Habbi, représentant la société Alliance Chimie, qui s'est évertué à parler le langage de vulgarisation agricole destiné aux fellahs par l'utilisation d'un diaporama très informatif et explicite sur les méthodes de lutte contre les nématodes, la mineuse de la tomate et les thrips de l'olivier. Mais c’étaient les méthodes de lutte contre les pucerons, les mouches blanches et les carpocapses, préconisées par la société Bayer, qui avaient le plus retenu l'attention des agriculteurs. En effet, ce fut le mildiou de la vigne, de la pomme de terre et de la tomate sous serre et à plein champ qui constituait la préoccupation majeure de leur production agricole. Un ingénieur agronome de l'Institut national de la protection de la végétation, M. Lahlou, a donné un exposé concernant les maladies et les ravages causés aux cultures maraîchères. Un autre exposé présenté par M. Hamadache a eu pour thème «Concilier le contrôle des ennemis des cultures et de la protection de la santé et de l'environnement» à travers une application raisonnée des pesticides. Selon cet expert, l'Algérie ne consomme pas beaucoup de pesticides, par rapport au Maroc, la Tunisie et l'Egypte. Il estime que le problème agricole de l'Algérie se pose en termes de mauvaise utilisation des pesticides et de l'insuffisance, voire l'absence de phytopharmaciens et de médecins conseillers agricoles qualifiés. Toujours selon l'orateur, c'est le mauvais choix des produits en fonction du problème à traiter et le nonrespect des conditions d'utilisation qui se posent, à l'instar du dosage, du timing, du nombre d'applications et les délais avant récolte qui se posent. A l'issue de ces exposés très édifiants pour les agriculteurs, une visite d'une ferme-pilote à Zéralda fut organisée au profit des agriculteurs et des spécialistes agricoles présents.
Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires