Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 16:45

Tipasa - Le chemin reliant Khemisti à Attatba : A refaire

chemin-Khemisti-Attatba.jpg

 

Autant les paysages sont beaux et invitent au farniente à Tipasa, autant certaines routes sont carrément délabrées et méritent une réfection et un entretien permanent comme c’est le cas de la route reliant Khemisti à Attatba.

Pendant la saison du printemps, ou plutôt lorsqu’il fait beau, la RN 11, axe important du littoral reliant la partie Est à celle de l’Ouest de la wilaya de Tipasa, est fréquemment empruntée par des centaines de véhicules. Durant les week-ends, dans la matinée et en fin d’après-midi, des embouteillages se forment au point où la circulation devient quasiment impossible.

Le phénomène prend plus d’ampleur, à telle enseigne que de longues files de véhicules se forment au niveau des villes côtières de la wilaya, notamment Aïn Tagourait, Bouharoun et Khemisti. Alors, afin d’éviter les «bouchons», nombre d’usagers en partance vers le chef-lieu de wilaya ou d’autres agglomérations voisines, se rabattent sur les chemins de wilayas, particulièrement celui permettant la jonction entre la RN 11 et la RN 67, soit le tronçon reliant Khemisti à Attatba.

Seulement cette option ne s’avère plus avantageuse, et pour cause, la route est entrecoupée, pour ainsi dire, dans différents endroits, par des «champs de cratères». «Sincèrement, j’ai failli y laisser la suspension de mon véhicule. Je roulais à 60 km/h lorsque je me suis retrouvé à la sortie d’un virage face à d’énormes trous défigurant la chaussée. J’ai réussi, par réflexe à éviter le premier, mais pour les autres c’était impossible.

Je me demande comment les usagers de la route empruntent ce tronçon en hiver ?», se demande Sid Ali de Tipasa. Et d’ajouter : « et pourtant, tout est agréable ici pour faire de ce trajet une véritable escapade, tant les paysages environnants sont merveilleux».

En effet, le chemin de wilaya en question laisse découvrir aux visiteurs d’immenses étendues vertes qui servent de pâturages aux troupeaux de bovins et d’ovins. Ce joli spectacle vaut vraiment le détour, selon M’hamed, un habitant d’El Quendouri, un petit village dépendant administrativement d’Attatba. «C’est bien simple, lorsqu’on voit les vaches investir  ces vastes champs, pour nous les habitants d’Attatba, il n’y a plus de doute, le printemps est aux portes», lance-t-il avec une certaine fierté.

Seulement,  la seule ombre noire au tableau est, selon lui, l’état déplorable de la route. «Si ceux qui sont uniquement de passage pestent sur son état, que dire alors de nous, qui habitons  la région» ? s’interroge un autre citoyen de la localité.

Et de poursuivre : «dans l’ensemble, ce chemin de wilaya est praticable et il estmême en bon état, cependant, il comporte des tronçons qui dissuadent le plus téméraire des automobilistes à s’y aventurer». En somme, ce n’est pas toute la route qui est donc à refaire, mais juste quelques endroits de la chaussée  lesquels, selon notre interlocuteur «n’ont  que le nom de route».

«A vrai dire, cela ne nécessite pas beaucoup de moyens pour rendre ce chemin profitable à nouveau. Ainsi, on demande seulement, à ce que les services concernés  se chargent du problème afin d’éviter les désagréables surprises à ses usagers», souhaite- t-il

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires