Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 23:44

Hadjout - Dégradation du chemin de wilaya Menaceur : Les habitants de l’ex-Marceau craignent l’enclavement

hadjout_chemin-de-Menaceur.jpg

 

Le chemin de wilaya reliant la ville de Hadjout à la commune montagneuse de Menaceur est, en plusieurs endroits, dans un état de dégradation avancée.

Les crevasses et les mottes défigurant des tronçons entiers de la chaussée dissuadent le plus téméraire des conducteurs à s’y aventurer.
«Depuis 2008, les autorités nous promettent de réhabiliter cet axe routier. Jusqu’à maintenant rien n’a été fait. Pire, le bitume se dégrade de plus en plus, et nous craignons qu’un jour cette route devienne carrément impraticable», appréhende Abdellah, un habitant de Menaceur qui compte une population de 27.000 âmes. «Pour nous, cette route est vitale, car c’est le passage obligé pour rejoindre notamment le chef-lieu de wilaya via Hadjout. En outre, on compte de nombreux habitants qui travaillent en dehors de la commune.
C’est vous dire, l’enclavement qui nous guette si, l’on ne prend pas en compte nos doléances, la situation risque de s’empirer davantage», nous dit Bilal, un autre jeune de la localité. Quant à Sofiane, agriculteur dans la localité renchérit : «dorénavant je dois rouler en tracteur agricole pour éviter les pièges de cette maudite route car j’ai failli esquinter les amortisseurs de ma voiture, lorsque une de mes roues s’est trouvée coincée dans un trou en pleine chaussée». Il faut dire que les conducteurs ne peuvent pas être aux aguets  pendant tout le trajet. Particulièrement de Si Amrane (ex Barir) jusqu’à Fedjanna (une distance de 9 km) où l’état de la route est vraiment
désastreux.
Les premiers à tirer la sonnette d’alarme ce sont les transporteurs de voyageurs qui assurent la liaison Menaceur-Hadjout. «C’est un véritable cauchemar que d’affronter quotidiennement ce tronçon. On est devenus des abonnés chez le mécanicien du coin à cause des dommages subis par le système de suspension de nos fourgons», confie un transporteur.
D’ailleurs, pour exprimer leur désarrois, les transporteurs de Menaceur ont déclenché une grève le 22 mai dernier.

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires