Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 06:41

Wilaya de Tipasa – Lutte contre les chauffages au gaz défectueux, lutte contre les méfaits de la drogue

ruines romaines tipasa

 

1 Algérie - Tipasa - Journée de sensibilisation sur les risques du gaz : 10% de monoxyde de carbone provoquent la mort immédiate

Le monoxyde de carbone continue de tuer. Des dizaines de personnes meurent chaque année, en hiver particulièrement, par l’inhalation de ce gaz toxique. La sensibilisation reste le meilleur moyen pour juguler ce phénomène dangereux.

L’institut supérieur maritime de Bou-Ismail a abrité, jeudi dernier, une journée de sensibilisation et d’information sur les risques du gaz, organisée par la Direction de distribution de l’électricité et du gaz de Tipasa relevant de la SDA d’Alger. Selon Isahli Fella, chargée de la communication de la Direction de distribution de Tipasa, cette journée marque le coup d’envoi officiel de la campagne de sensibilisation 2010-2011 relative à la bonne manière d’utiliser le gaz de ville et la prévention contre les risques du monoxyde de carbone.

Ainsi donc, pour ce premier jour de sensibilisation, les cadres de la Direction de distribution de Tipasa ont opté pour une conférence au profit des élèves et du personnel de l’Institut en question. Au cours de son allocution, la représentante de la SDA a mis l’accent surtout sur le danger mortel que peut provoquer l’inhalation du monoxyde de carbone (CO), un gaz hautement toxique indétectable par l’homme dans la mesure où il est incolore et inodore. A ce propos, la conférencière a tenu à mettre en garde l’assistance précisant que la présence de 0,1% de CO dans l’air peut engendrer une mort au bout d’une heure seulement. «À 1% il peut tuer une personne en l’espace d’un quart-d’heure. A 10% c’est le décès instantané. Car le monoxyde de carbone est un gaz qui prend la place de l’oxygène dans le sang», prévient-elle. Et d’ajouter : «les symptômes d’une intoxication au monoxyde de carbone chez l’enfant sont généralement les vomissements et la somnolence. Chez les adultes, les signes révélateurs d’une intoxication se présentent sous formes de nausées, maux de tête, vertiges et vomissements. Si une personne sujette à une intoxication au CO est non pas secourue à temps elle perdra connaissance et sombrera dans le coma, ce qui peut fatalement entraîner son décès». Toutefois, la formation de ce gaz mortel peut être jugulée à la source, si des mesures préventives et des précautions étaient prises en aval.

En effet, le monoxyde de carbone se propage lorsqu’une combustion d’une énergie inflammable est incomplète. En clair ce phénomène se produit lorsque les appareils électroménagers fonctionnant à base de gaz (cuisinière, chauffe-eau, chauffe-bain) émettent, au lieu de flammes bleues des flammes orangées ou jaunes. Alors pour éviter tout risque, la conférencière a énuméré en ce sens quelques consignes pratiques : «Faire effectuer un ramonage mécanique des conduits et cheminées au-moins une fois par an, bien aérer l’intérieur de l’habitat, respecter les consignes d’utilisation des appareils à combustion, ne pas utiliser des chauffages d’appoint en continu et faire vérifier chaque année les installations par un professionnel».

En cas d’accident dû à l’inhalation du CO, la même responsable a conseillé d’avoir le réflexe d’aérer les lieux, arrêter éventuellement la source du gaz de ville et quitter l’endroit avant d’appeler la Protection civile. Toujours dans le domaine des risques, elle a souligné qu’en cas de fuite de gaz, il ne faut jamais allumer la lumière ni une torche. «Il faut aussi éviter d’utiliser le téléphone portable ou fixe à l’intérieur de la maison en cas de fuite car, il suffit d’une petite étincelle électrique pour provoquer une explosion.

Ce qu’il faut en revanche, c’est d’avoir la réaction de fermer le gaz au compteur, d’ouvrir les fenêtres et de sortir immédiatement pour ensuite appeler les secours (Protection civile) et les services de la Direction de distribution», insiste-elle.

2 Arrestation d’un jeune en possession de drogue à Nador

La police de la brigade criminelle de Tipasa a arrêté récemment à Nador (Tipasa), un jeune homme pour détention d’une plaquette de 100 grammes de kif traité. La veille de son interpellation, une bande de trois malfrats avait subtilisé par la force une somme de 3 millions de centimes à un propriétaire d’un bar situé dans le chef-lieu de la wilaya. Les trois agresseurs l’attendaient à la sortie de sa brasserie. Suite à la plainte de la victime, la brigade criminelle de la police a immédiatement procédé à des investigations qui ont abouti à la localisation de la résidence (Nador) des trois malfrats. Sur place les policiers ont arrêté T.O, âgé de 19 ans, qui est vite passé aux aveux en révélant l’identité de ses deux complices, actuellement en fuite, connus par les services de police puisqu’ils sont des multirécidivistes. Présenté devant le procureur de la république près le tribunal de Tipasa, le nommé T.O, a été lui aussi placé sous mandat dépôt. Les deux autres complices sont toujours en cavale, «mais pas pour longtemps», promet un officier de la police de la sûreté de wilaya, puisque des opérations de recherche intensives sont actuellement lancées à leur encontre.

Source Horizons Amirouche Lebbal.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires