Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 07:11

Une forte participation étrangère

inauguration-44-eme-foire-Alger.jpg

 

Cette manifestation se veut le miroir de l’économie algérienne.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a inauguré hier après-midi la 44e édition de la Foire internationale d’Alger. Il était accompagné du Premier ministre, Ahmed Ouyahia et de nombreux ministres. Le Président s’est enquis de la qualité de la production locale et a eu des entretiens avec des responsables du pavillon de la Turquie pour évaluer l’état des relations entre les deux pays. La Turquie est l’hôte officiel de la Foire. Lors de l’événement, le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a fait des déclarations sur la révision de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne. Les négociations sur cette révision seront bouclées dès la fin de ce mois, a-t-il déclaré.
La Foire internationale d’Alger (FIA) se veut le miroir de l’économie algérienne qui exerce manifestement un effet d’attraction sur les partenaires étrangers de notre pays.
Les entreprises étrangères participent en masse à la 44e Foire internationale d’Alger (FIA) qui a ouvert ses portes, hier, à Alger. En effet, elles sont des centaines de firmes étrangères à être présentes à cet évènement économique et commercial de taille qu’abrite la Safex (Société algérienne des foires et exportations); une manifestation d’envergure mondiale donc qui se poursuivra jusqu’au 6 juin prochain. Ainsi, ils sont 33 pays représentés par 33 firmes (à titre individuel) qui prennent part à cette énième édition de la FIA qui a pour slogan «l’investissement: moteur du développement».
L’exposition étrangère occupe une aire totale de 14.439 m2, soit 28,77% de la surface globale. Ceci démontre que le marché algérien conserve intacte son attractivité malgré la conjoncture économique mondiale que caractérisent une compétition féroce et un recours accru au protectionnisme économique, soulignent les observateurs. Certes, l’esplanade des Pins Maritimes a vu, ces dernières années, une forte concentration internationale d’intérêt en raison des programmes de développement mis en branle par l’Etat algérien, mais cette 44e FIA a ceci de particulier qu’elle coïncide avec l’annonce de la mobilisation de 286 milliards de dollars au titre du financement du programme d’investissement public pour 2010-2014.
Une manne qui n’est finalement pas seulement proposée aux entreprises algériennes mais également aux entreprises d’outre-mer. Le fait est que les entreprises nationales ne sauraient satisfaire seules à la mobilisation extraordinaire que requiert la concrétisation des différents projets inscrits. L’on affirme que les sociétés internationales répondent, d’année en année, aux attentes réelles du pays, car la nature de leur exposition à ce carrefour d’échanges économiques et commerciaux, atteste qu’elles s’adaptent davantage aux besoins et aux attentes de l’économie nationale. Elles arrivent avec de moins en moins de produits destinés à la revente en l’état et de plus en plus d’équipements, de machines, de technologies et de processus destinés à accompagner les grands chantiers de développement national.
La Foire internationale d’Alger (FIA) se veut désormais un miroir de l’économie algérienne qui exerce manifestement un effet d’attraction sur les partenaires étrangers de notre pays. Face aux entreprises portant pavillons étrangers, sont alignés plus de 470 exposants algériens, dont 80% ont le profil de jeunes PME privées créées à la faveur du déploiement de la politique nationale de promotion de la petite et moyenne entreprise.
Dans ce lot 27% sont liées à des firmes étrangères à travers des activités de partenariat. Les firmes algériennes accaparent une surface d’exposition de 35 733m², soit 71, 22% de la surface totale. De part et d’autre, l’on s’engage dans une dynamique d’échange de produits, de services et de technologies de pointe. Le rendez-vous de la FIA permet surtout des mises en relations d’affaires qui rendent possible l’identification de projets communs et des partenariats multiformes voués à valoriser les potentialités nationales via une prise en charge commune des objectifs des différents plans nationaux de développement économique.
Dans cet ordre d’idée et par souci d’efficacité, les organisateurs n’ont de cesse de promouvoir la FIA auprès des partenaires exposants qu’ils soient pays ou entreprises; le but étant de mieux faire connaître la nature du marché algérien, ses besoins urgents, ses capacités d’absorption, les programmes économiques de développement et, les priorités du pays. Notons que la participation étrangère à cette 44e FIA s’articule autour de certains secteurs clés comme les industries diverses, dont les machines emballage, machines textiles, machines et matériels d’imprimerie, fabrication d’accessoires dans diverses petites industries.... (31%).
Les services relatifs à la promotion commerciale, aux études et engineering, maintenance industrielle, finances, transport et transit internationaux, maintenance et systèmes d’information, systèmes de sécurité industrielle et entretien (16%), viennent ensuite les grands travaux, le bâtiment et les matériaux de construction (11,32%) et, enfin, la mécanique, la sidérurgie et la métallurgie (06,54%) Les autres secteurs tels les industries agro-alimentaires, les textiles, matériels pour collectivité, télécommunications, pharmacie, santé, artisanat, tourisme, loisirs et biens de consommation alimentaires sont estimés entre 5% et 1% pour chacun.

Source L’Expression Salim Benalia

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires