Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 04:53
Le nombre des travailleuses du sexe (prostituées) contaminés en Algérie est estimé officiellement à 5%, alors que 30% des usagers de drogues injectables sont porteurs du virus du VIH ou de celui l’hépatite.

_prostitutuee_algerienne.jpg

C’est le professeur Maâmar Laouar président fondateur de l’Association de lutte contre le sida (Aniss) et directeur du Centre de référence de Annaba qui l’a indiqué lors d’une conférence de presse organisée par l’association pour annoncer le lancement du 1er espace permanent de formation des leaders issus des groupes exposés au sida tels que les prostitués, les homosexuels, les migrants et les usagers de drogues injectables. Financé par la Fondation de France à hauteur de 2 millions de dinars et en partenariat avec l’Association française de lutte contre les précarités (ASSAMEDE), ce projet sera lancé le 1er octobre 2010. Son objectif est d’établir une cartographie des groupes les plus exposés (napping) et l’identification parmi eux des leaders susceptibles d’être formés.

Cependant, les initiateurs de ce projet sont conscients que le ciblage de ces groupes s’avère limité eu égard à la nature souvent illégale de leur activité et la difficulté de leur atteinte. D’où le recours aux éducateurs issus de ces groupes qui seront retenus pour bénéficier d’une formation.Pour ce faire, ces leaders devront subir une évaluation des comportements et de niveau des connaissances en matière de prévention. «Le chiffre annuel avancé par les maternités du pays d’une cinquantaine d’accouchements sous X de femmes célibataires vivant une situation de précarité et d’abandon témoigne du très faible niveau de connaissance des femmes des méthodes de contraception et renseigne aussi sur le non-recours à l’usage des préservatifs», étaye le docteur Scander Soufi, président de l’association Aniss, avant de regretter que «le recours à l’avortement clandestin par des milliers de femmes renforce cruellement ce constat».

Selon les premières impressions, ce projet tend vers la généralisation puisque les wilayas d’Alger et de Sétif ont déjà affiché, selon Aniss, leur intéressement pour y prendre part. En 2009, l’Algérie estime la population atteinte du virus VIH à 5209 dont 4181 séropositifs. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Algérie compte plus de 20 000 sidéens.

Source El Watan Mohamed Fawzi Gaïdi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires