Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 06:03

Algérie - Passage au professionnalisme: Une entrée virtuelle dans la modernité

avant-egypte-algerie.jpg

L'Algérie envisage de passer à une professionnalisation de son football. Si l'entreprise réussit, cela signifiera que le pays aura trouvé un accès à la modernité. Professionnel est un mot bien pompeux pour désigner le statut des footballeurs algériens de première division. Pourtant, ces sportifs supposés représenter l'élite du pays sont bien des professionnels, au sens premier du terme : ils vivent de leur métier de footballeur, le seul qu'ils exercent, tout comme un journaliste professionnel vit de son métier. Et certains footballeurs en vivent même très bien, à en croire les chiffres publiés à l'occasion des transferts. Même si, dans le football, on trouve de mauvais joueurs, tout comme on trouve de mauvais journalistes.

Pour acquérir un footballeur moyen de première division, il est question de millions de dinars, alors que pour certaines stars, il est plutôt question de milliards de centimes. L'Entente de Sétif, qui semble le club le plus concerné quand il s'agit des gros contrats, en serait à verser deux à trois milliards de centimes pour chacune de ses vedettes.

Concernant le budget des clubs, il va de 50 millions de dinars, pour les plus pauvres, à dix fois plus, toujours pour l'Entente de Sétif. Un club moyen, comme Bordj Bou Arreridj, a dépensé 28 milliards de centimes la saison écoulée, sans arriver pour autant à des résultats probants. Ces chiffres doivent cependant être relativisés : le plus gros budget algérien, celui de Sétif, représente moins de deux pour cent de celui de Manchester ou du Real Madrid

Pour les clubs algériens, c'est tout de même l'argent qui dicte tout. Pourtant, on se refuse à parler de professionnalisme. Evoquant le changement de statut envisagé, le ministre des Sports, M. Hachemi Djiar, parle d'ailleurs du «passage d'un système amateur à un système professionnel», ce qui signifie que, pour lui, les clubs algériens restent «amateurs». Le changement envisagé par M. Djiar ne concerne pas uniquement les statuts. Comme première étape du passage au professionnalisme, il propose aux clubs de passer du statut d'associations à celui de sociétés (SARL ou SPA), des entreprises soumises au code du commerce. En parallèle, M. Djiar promet une aide conséquente de l'Etat, avec un prêt de 100 millions de dinars à des conditions très avantageuses, le financement d'un terrain de préparation à hauteur de 80 pour cent de son coût, et la prise en charge d'un des volets les plus coûteux pour les clubs, le transport aérien, particulièrement quand il s'agit de compétitions internationales.

Ces mesures seront-elles efficaces ? Il s'agit, en réalité, des mesures les plus faciles : le ministre signe des chèques et prend des décisions administratives pour construire des équipements. Mais il ne s'attaque pas au volet le plus difficile, celui sur lequel bute l'économie, la politique et l'entreprise algériennes : la mise en place d'une organisation transparente et efficace, qui délimite clairement les responsabilités, permet d'établir des bilans, de sanctionner ou de récompenser, et de savoir où va l'argent.

Car la gestion actuelle des clubs algériens est plus proche de celle du marché informel que de celle à laquelle aspire le ministre. L'argent coule à flots, dans des réseaux occultes, sans jamais passer par le fisc. Chose exceptionnelle, la méfiance des footballeurs a abouti à une curieuse situation où les contrats sont établis chez des notaires, sans que le fisc ne s'en mêle. Cette évolution a débouché, avec le temps, sur une véritable dérive. Des sommes gigantesques circulent dans des réseaux occultes, et finissent souvent là où elles ne devraient pas : dans le trucage des matches, par exemple. C'est là un phénomène très répandu, mais qu'il est difficile de prouver. A cela s'ajoute l'incurie des institutions ayant en charge l'organisation des compétitions, avec une fédération et une ligue nationales incapables d'établir de la cohérence dans leur programmation ou de donner un statut aux installations sportives : le sort du stade du 5 Juillet, réservé aux derbies algérois, puis à l'équipe nationale, avant une nouvelle volte-face, a basculé dans l'absurde.

Que peut faire M. Djiar face à ce casse-tête ? Peu de choses, à vrai dire. Car une organisation se construit sur la durée, avec des règles claires, publiques et transparentes. Une telle organisation peut même déborder ses promoteurs ; elle peut instaurer ses propres règles, et devenir indépendante. L'Algérie est-elle mûre pour permettre au sport de devenir autonome, et échapper aux manipulations politiques et économiques ? Difficile à dire. D'autant plus que le stade de football reste le dernier territoire libéré par la société algérienne, un territoire où tout est permis, y compris les slogans les plus rebelles et la violence la plus aveugle et la plus stupide. Par ailleurs, deux patrons d'entreprises publiques ont affirmé, en privé, être intéressés par une prise de participation dans un club de football. Pour eux, il s'agit de sponsoriser ce club, tout en gardant un œil sur sa gestion. Ils estiment que l'opération est rentable : avec les recettes dans les stades, les produits dérivés à développer, les subventions (le professionnalisme n'exclut pas les subventions) et les droits de télévision, ils pensent équilibrer largement leur budget. Ils sont prêts à s'associer à des entreprises privées pour y arriver. Mais ces deux chefs d'entreprise refusent encore d'en parler en public : peuvent-ils s'engager dans une telle opération sans s'attirer les foudres de leur hiérarchie ?

Ceci confirme que ce que propose M. Djiar apparaît nécessaire, mais pas suffisant. Nécessaire, car rien ne justifie le maintien d'une situation ambiguë qui a mené à la dérive, avec un championnat national incapable d'offrir le moindre titulaire à l'équipe nationale. Insuffisant, car le véritable travail commencera lorsque cette nouvelle formule aura été lancée. C'est à ce moment qu'il faudra construire des clubs, avec un environnement technique, économique, social et institutionnel adéquat. Et si l'Algérie se révèle capable de construire des clubs de football modernes, elle pourra aussi construire des partis, une économie et une école performante.

Source Le Quotidien d’Oran Abed Charef

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires