Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 05:03

Algérie - Ghlamallah persiste et signe :“Aucune personne n’a faim en Algérie”

glhlamallah.jpg

 

Cette sortie du ministre démontre encore une fois qu’il n’a sûrement pas l’habitude de faire lui-même son marché.

Encore une fois Ghlamallah Bouabdallah sort une de ses phrases qui fera jaser plus d’un. Après son “il n’y a pas de pauvres en Algérie, ce n’est qu’une invention des médias”, qu’il avait lancé le 26 août dernier, voilà le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs qui revient à la charge. C’était hier matin, au forum d’El Moudjahid. S’étalant sur la nécessité pour tous les Algériens de verser la zakat, Ghlamallah montrait son étonnement devant le manque d’“engouement” constaté par son département : “Aucune personne n’a faim en Algérie donc, logiquement, on aurait dû avoir la zakat de 36 millions de personnes”. En se fiant à “son” propre calcul, le représentant du gouvernement estime ainsi que le chiffre devrait être 3,6 milliards de DA (zakat el Fitr est fixée en 2009 à 100 DA). Cette sortie du ministre démontre encore une fois qu’il n’a sûrement pas l’habitude de faire (s’il le fait bien sûr) son marché en dehors de celui de Ben Aknoun ou d’Hydra. Faut-il lui rappeler qu’à Alger, et dans toutes les wilayas du pays, beaucoup de personnes ont choisi comme domicile fixe les bennes à ordures.
Avec un discours de “tendance” économique, Ghlamallah s’étalera également longuement sur les vertus des dispositions de son département pour “fructifier” la zakat. Il ira même jusqu’à comparer les banques à des… “juifs ou chrétiens”. C’était en réponse à une question lui demandant s’il n’y avait pas d’intérêt “quand les sommes de la zakat sont mises dans un compte bancaire”. La réplique a été rapide “si vous avez un voisin juif ou chrétien, est-ce que vous ça vous empêcherait de lui faire confiance en lui laissant votre argent !” Et d’ajouter : “Le plus important c’est de trouver un lieu sûr.” Il n’omettra pas toutefois de préciser que “ nous ne payons pas d’intérêt à la banque”.
Ghlamallah annoncera également la création “avant la fin 2010” d’une institution “qui se consacrera totalement à la zakat”. Pour la réaliser il affirmera qu’“elle sera basée sur une organisation économique et scientifique en collaboration avec des ulémas en économie et des universités”. La comparaison avec  “ce que font les autres pays musulmans” est pour lui évidente ; à ce sujet il vantera le “système” de la zakat pratiqué en Iran alors que pour l’Azerbaïdjan “ils ne sont pas aussi organisés que chez nous”. Au passage, il n’omettra pas d’indiquer que “la zakat entière suffit pour tous les besoins sociaux”, en fustigeant “le capitalisme avec son tu travailles ou tu crèves”. La réalité du terrain est néanmoins bien différente de ces slogans. Le fonds de la zakat a été initié dès 2003. Il a récolté l’année dernière la somme de 0,88 milliard de dinars. “C’est toujours très peu puisque des experts en économie affirment qu’on pourrait arriver jusqu’à 2 400 milliards de dinars” ! Un chiffre tout de même hallucinant. Pour comparaison, le budget du ministère de la Défense  (421 726 569 000 DA pour 2010), soit le plus élevé, est presque six fois inférieur !

Source Liberté Salim Koudil

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires