Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 06:35

Algérie - 44e Foire internationale d’Alger (1er au 6 juin) : 565 firmes étrangères présentes

43e foire internationale alger

 

565 firmes seront présentes à la 44e Foire internationale d’Alger qui s’étalera du 1er au 6 juin prochain. Parmi elles, 33 participent à titre individuel. C’est ce qu’a déclaré, hier, dans une conférence de presse, le directeur des relations économiques internationales à la Safex, organisatrice de ce rendez-vous annuel. M. Slimani animait cette conférence de présentation en présence du directeur du commerce extérieur au ministère, M Chérif Zaaf et de l’ambassadeur de Turquie à Alger qui s’est réjoui du choix de son pays «invité d’honneur de la 44e FIA».Sur le nombre de pays qui seront présents, on compte 33 en tout dont 7 d’Amérique latine, 8 pays arabes, 8 d’Europe. Quant au continent africain, seul le Sénégal sera présent alors que le Mali et le Burkina Faso «n’ont pu s’y prendre à temps en termes d’organisation et de préparatifs», explique M Slimani. La Foire internationale d’Alger qui se tient, cette année, sous le thème de «l’investissement, moteur du développement» sera l’occasion de réaffirmer l’intérêt renouvelé de nos principaux partenaires économiques et commerciaux à notre pays, estiment les organisateurs. En réalité, la nature de la participation des entreprises et des pays étrangers dépend en partie des «capacités d’exportation de chaque pays (…), mais aussi de la bonne connaissance du marché algérien, de ses besoins, ses capacités d’absorption, ses programmes économiques de développement, ses priorités» ajoute-t-on Quant à la participation de pays, partenaires importants de l’Algérie, comme l’Italie et la France qui «s’amenuise d’année en année», elle serait due à des «choix plus ciblés en faveur des salons spécialisés», poursuit le représentant de la Safex. Toutefois, c’est en direction de la participation algérienne que devront se porter les regards puisqu’on parle de 470 entreprises dont 80 % des PME-PMI soit presque les 2/3 de la superficie d’exposition. Il faut signaler l’organisation, en parallèle, de la 3e édition du Salon Djazair Export qui devra réunir 52 entreprises algériennes à fort potentiel d’exportation. La Safex, qui encourage ce type de rencontres, a consenti, selon M Slimani, «une réduction de 50 % des frais de participation, ainsi que la gratuité pour les institutions chargées d’accompagner ces entreprises», à l’image de la Cagex, Caisse de garantie des exportation, Algex, etc. Pour le représentant du ministère du Commerce, le choix de la thématique de ce salon reflète «le niveau de production et les attentes de développement de l’Algérie».Interrogé sur le sens de sa participation à cette édition, l’ambassadeur de Turquie à Alger, M Ahmet Neçati Bigalu s’est longuement étalé sur les relations culturelles et économiques de son pays avec l’Algérie estimant que le vœu des entrepreneurs turcs est de «bâtir un partenariat solide et durable» avec les Algériens. Il y a, ajoute t-il «beaucoup de sociétés mixtes constituées entre les deux parties y compris après l’adoption de la loi de finances complémentaires de 2009» (qui  donne une majorité de capital à la partie algérienne).En tout cas, 65 compagnies participent à cette foire et «le nombre d’entreprises qui interviennent en Algérie tourne autour de 200», selon le diplomate turc. Les échanges entre les deux pays ont atteint les 4 milliards de dollars en 2010. Le seul point d’achoppement dans les relations économiques algéro-turques, reste la signature d’un accord de libre échange qui tarde encore à voir le jour en raison « e la priorité donnée par le gouvernement  algérien à la négociation de l’accord global d’adhésion à l’OMC» a, en guise de clarification, précisé M. Zaaf aux journalistes.

Source Horizons K. Daghefli

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires