Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 06:36

Académie militaire interarmes de Cherchell - Les nouveaux défis de l’AMIA

Academie-militaire-interarmes-de-Cherchell.jpg

 

L’Académie militaire interarmes (AMIA) de Cherchell (Tipasa) a réussi à relever le défi de la formation universitaire entamée depuis 2008.

En effet, l’Algérie enregistrera, pour la première fois de son histoire, la sortie d’une promotion de jeunes officiers de l’armée terrestre, ayant bénéficié d’une formation universitaire, mais fondamentalement militaire.
L’AMIA assure une année de formation militaire de tronc commun pour l’ensemble des officiers de l’ANP.
Après son passage au sein de cette prestigieuse institution, chaque élève officier regagnera son école selon sa spécialité afin de poursuivre ses études universitaires jusqu’à l’obtention de sa licence et sa première «étoile», qui lui ouvre naturellement la voie au poste de chef de section.

«Le contexte actuel mondial exige une formation d’excellence au profit des futurs cadres militaires de notre pays, déclare le général major Malti, commandant de l’AMIA, afin de pouvoir assurer la sécurité de notre  territoire et de notre peuple. Nous nous attelons à mener rigoureusement toutes les étapes inhérentes à la professionnalisation de l’ANP, ajoute-t-il. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes mobilisés pour de nouveau défis.» «Notre commandement ne lésine pas sur les moyens technologiques et matériels pour assurer une formation typiquement militaire, très importante et efficace en nous dotant des moyens», enchaîne-t-il. «Chaque année, nous enregistrons 8000 demandes de formation qui émanent des jeunes filles et garçons bacheliers et universitaires. A l’issue de leur formation, ici à Cherchell, indique le commandant de l’AMIA, chaque officier décrochera sa licence en énergétique et mécanique. Néanmoins, il faut que chaque élève officier, fille ou garçon, ait la capacité de supporter les charges de notre programme de formation. Notre école dispose des compétences humaines, des outils pédagogiques et des équipements militaires qui permettront à chaque élève officier d’acquérir une formation physique et intellectuelle, d’analyse également très approfondie», conclut-il.

La formation scientifique très pointue aura donné une nouvelle dimension à l’AMIA. Les différents ateliers qui composent l’école annexe de l’AMIA, dirigée par le colonel Benosmane, enrichissent les jeunes élèves officiers des potentialités énormes dès l’entame de leur ralliement à l’ANP avant de rejoindre les différents départements pédagogiques de l’AMIA.
L’enseignement assisté par ordinateur et l’anglais américain sont couramment utilisés par des enseignants du 3e cycle universitaire au profit des élèves officiers.L’AMIA offre également des formations destinées aux postes de commandement et de contrôle des unités de combat.Des pays amis envoient leurs officiers à l’AMIA pour des formations. Il n’en demeure pas moins que le plus frappant à l’AMIA, aujourd’hui, c’est la présence en force des jeunes bachelières et des universitaires au milieu de cet environnement autrefois chasse gardée des hommes. L’esprit qui y règne est incroyable.La gent féminine subit avec abnégation les mêmes charges que le reste de la troupe. Une image qui ne passe pas inaperçue.

Source El Watan M'hamed Houaoura

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires