Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 09:56

Abdallah Khanafou de Tipaza - «L’aquaculture, seule alternative»

aquaculture

«On a jugé qu’on peut tolérer l’injection des petits métiers car ils n’ont pas une importante incidence sur la ressource halieutique.»

Une nouvelle approche est préconisée pour les jeunes, dont le retour de la subvention dans le secteur de la pêche. Et l’investissement dans le créneau de l’aquaculture reste la seule alternative pour augmenter la production de poisson. Reste la bonne volonté du jeune à investir.

C’est ce qui ressort de la visite de travail et d’inspection avant-hier, jeudi, du ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Abdallah Khanafou, effectuée à Cherchell, Hadjout et Bou-Ismaïl (Tipaza). A chaque halte, le ministre se trouvait interpellé par les jeunes et les professionnels du secteur qui lui faisaient part de leurs soucis dont les autorisations pour les petits métiers, les contraintes quotidiennes du travail et la pêche à la dynamite. M. Khanafou ne cessait de leur rappeler les nouvelles procédures en leur faveur dont la remise des autorisations et la facilitation pour l’acquisition de projets et de crédits, ainsi que celles intervenues dans le cadre de la loi de finances en matière d’importation de l’aliment des poissons et alevins et la réduction des tarifs de l’énergie électrique.

«On a jugé qu’on peut tolérer l’injection des petits métiers, car ils n’ont pas une importante incidence sur la ressource halieutique», a-t-il expliqué considérant que l’aquaculture est la seule alternative pour augmenter la production. Il a nié l’existence de 220 000 tonnes de stock pêchable, «c’est l’ancienne étude qui a donné ce chiffre». En réponse à InfoSoir sur ce qu’offre aujourd’hui le ministère de la Pêche, M. Khanafou nous a annoncé que son département a autorisé les jeunes à acquérir les petits métiers et les invite à investir dans le créneau de l’aquaculture.

«Les jeunes peuvent s’inscrire dans la démarche que nous préconisons pour des projets de moyennes et petites tailles. Ils peuvent se rapprocher des différentes structures que nous avons, car nous comptons reprendre la subvention pour ces projets.» Pour l’aquaculture marine, le ministre a encouragé les jeunes à se lancer dans ce créneau à travers les cages flottantes, «qui nous ont évité les problèmes de concessions, le foncier, etc.» Pour l’aquaculture continentale, le problème ne se pose pas selon le ministre «pour les gros bateaux, la ressource est sérieusement menacée. Elle est en diminution d’année en année», a-t-il repris annonçant que son département lancera prochainement un bateau scientifique en juin pour une campagne d’évaluation de cette ressource «à la base des résultats d’ici à la fin de l’année, nous aurons une idée comment est répartie notre ressource pour aller vers des plans de gestion de cette ressource et décider ou non de l’injection d’unités selon les régions», a-t-il précisé.

Source Infosoir Souad Labri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires