Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 08:32

La démence touche 100.000 Algériens

Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme

cerveau zones plaisir

 

En marge du 7e Congrès maghrébin de neurologie qui se tient à Alger, réunissant pas moins de 400 spécialistes de la région pendant trois jours depuis jeudi, le professeur Mohamed Arezki, chef de service de neurologie au CHU de Blida, a révélé qu'«environ 100.000 Algériens sont atteints de démence en Algérie, qui souffre d'un important déficit en matière de centres de prise en charge de cette pathologie». Tout en rappelant que la démence est une maladie neurodégénérative, le professeur a estimé qu'il était nécessaire de créer d'autres établissements hospitaliers du fait que les sujets atteints sont dans «une grande souffrance» en raison de la gravité de cette maladie, et leur prise en charge doit être pluridisciplinaire pour minimiser leur affection. Durant ce congrès, l'évolution d'une autre pathologie a été abordée, à savoir la sclérose en plaques, une maladie neurologique qui détériore la motricité des personnes atteintes. Dans ce cadre, le Pr. David Brassat du CHU de Toulouse est intervenu pour expliquer une nouvelle approche d'aborder cette pathologie et qui consiste dans le test des effets de l'interféron B1b, médicament synthétisé par les firmes en tenant compte du composé immunitaire biologique naturel.
Selon le communiquant, ce mode de soins permet la rémission de plusieurs malades atteints de sclérose en plaques, et de nombreux patients revus des années après leur prise de traitement se portaient bien. A l'adresse des neurologues, le spécialiste français a préconisé de revoir le processus thérapeutique en introduisant cette nouvelle molécule.
De son côté, le professeur Kheir Eddine Benyoucef, chef de service de neurochirurgie au CHU de Blida, a dévoilé que «pas moins de 600 tumeurs cérébrales sont diagnostiquées annuellement au niveau de son service et que le phénomène s'amplifie en Algérie».
Dans ce contexte, la tenue de cet important rendez-vous médical a permis de passer en revue les nouvelles approches révolutionnaires dans le diagnostic de ces tumeurs ainsi que dans leur traitement. Le congrès a également donné l'opportunité à des centaines de jeunes spécialistes en neurologie pour bénéficier des formations continues en matière de neuro-oncologie proposées par des sommités mondiales spécialisées en cette discipline. A ce sujet, le professeur Arezki, le président du congrès, a indiqué que «les stages et formations dans les domaines de la neurologie sont nécessaires en Algérie pour la mise à jour des connaissances des médecins sur les nouvelles données thérapeutiques liées aux maladies neurologiques». L'autre thème abordé lors de cette rencontre a été la neuro-oncologie, une spécialité des tumeurs du cerveau, qui interpelle plusieurs domaines d'études faisant intervenir les neurochirurgiens, les neurologues et les neuro-thérapeutes pouvant aboutir à de nouveaux savoirs thérapeutiques dans la prise en charge des tumeurs du système nerveux central, contrairement à une prise en charge axée notamment sur la chirurgie. En revanche, les dernières recherches proposent la possibilité d'appréhender la maladie différemment en ayant recours à la chimiothérapie ou encore la radiothérapie. Durant le congrès, des cas de patients ont été étudiés en relation avec les nouveaux procédés thérapeutiques et qui ont donné des résultats encourageants, comme ces patients qui avaient un pronostic vital de 2 à 3 ans avec d'anciennes catégories de médicament et qui ont vu leur espérance de vie augmenter de 5 à 6 ans avec les nouvelles molécules thérapeutiques, a fait remarquer le professeur Arezki. Rappelons, enfin, que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie enregistrent 800.000 épileptiques, 300.000 personnes souffrant d'Alzheimer, 120.000 parkinsoniens, 15.000 cas de sclérose en plaques et près de 150.000 nouveaux cas d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) par an, engendrant près de 50.000 décès, soit 5 fois le nombre de victimes des accidents de la circulation routière.

Source Le Quotidien d’Oran S.C.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires