Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 08:57

La détermination face à la matraque

pouvoir face la rue

 

De bleu Alger s’est parée hier. Un bleu de tunique, en prévision de la marche nationale pacifique aujourd’hui à laquelle a appelé la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD). Les forces anti-émeutes ont été déployées en différents endroits de la capitale, notamment aux alentours de la place du 1er-Mai d’où la marche doit s’ébranler.

Il semble que le nombre de policiers mobilisés pour empêcher la marche de la CNCD est plus important que lors de la marche du RCD le 22 janvier dernier. On parle de 20 000 policiers mobilisés. C’est dire que le pouvoir reste foncièrement engagé sur sa logique répressive. Une logique dont il ne veut pas se départir. Cette attitude il se l’est forgée au fil de ces 20 dernières années, à l’ombre de l’état d’urgence. Un Etat d’urgence qu’il a maintenu même si les évolutions sécuritaires le rendaient anachronique. Mieux encore, son maintien n’était plus justifié à partir du moment où le discours officiel évoquait avec insistance une paix recouvrée grâce à la politique de réconciliation nationale. La levée de l’état d’urgence étant devenue une revendication partagée par une majorité de partis et d’acteurs politiques, le pouvoir dut, sans faire preuve d’audace exagérée, annoncer sa levée prochaine. La Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), qui réclame, entre autres, la levée de l’état d’urgence et a décidé d’organiser, pour ce faire, une marche nationale pacifique à Alger, voit en l’annonce du Conseil des ministres du jeudi 3 février une manœuvre visant à absorber le vent de la contestation qui sourd de partout. Aussi at- elle résolu d’aller au bout de son engagement, c’est-à-dire à maintenir sa marche, faisant, du coup, fi de l’interdiction que lui a opposée la Wilaya d’Alger. La Coordination a fait savoir mardi dernier que rien ne saurait la détourner de son engagement et entamer sa détermination à se réapproprier la rue comme espace d’expression politique et citoyenne. C’est forts de cette détermination que les membres de la Coordination ont rejeté la proposition de la Wilaya d’Alger qui, extrêmement généreuse, s’est déclarée prête à ouvrir la Coupole Mohamed-Boudiaf pour un méga-rassemblement, pour peu que la Coordination accepte l’alternative. Raté pour le pouvoir qui a pensé ainsi s’éviter le spectacle d’une ville ouverte à la contestation populaire. S’il reconnaît la légitimité des revendications exprimées, le pouvoir reste allergique à leur expression dans une marche. Notamment à Alger où les marches sont interdites depuis le 18 juin 2001. Pas toutes, puisque celles ayant pour objet de soutenir la politique gouvernementale sont tolérées. D’aucuns se rappellent les foules sorties «spontanément» dans les rues d’Alger pour accueillir le chef de l’Etat à son retour au pays après une hospitalisation à l’hôpital de Val-de- Grâce à Paris. Ce jour-là, les autorités n’ont pas réagi pour interdire l’investissement de la rue par la foule. Idem lorsque les Fennecs étaient revenus triomphants de leur équipée soudanaise. Les autorités, si promptes à exhiber le risque sécuritaire, étaient convaincues, en ces circonstances-là, du risque zéro. Comme quoi, il n’y a risque de dérapages sécuritaires uniquement quand les gens sortent pour crier leur mal vie, scander leur soif de liberté.

Source Le Soir d’Algérie Sofiane Aït-Iflis

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires