Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 06:00

Algérie - Entretenir la dynamique

coordination nationale

 

Après son baptême du feu de samedi, réussi surtout par son impact psychologique et médiatique, il s’agira d’aller pour elle de l’avant, d’autant que le mur psychologique de la peur, érigé sur la base d’un état d’urgence injustifié, est désormais tombé à Alger. Aller de l’avant pour entretenir la dynamique.

Les participants à la manifestation de samedi, hommes politiques et simples citoyens, ont estimé que l’action était une réussite, en dépit de l’absurde armada policière mobilisée pour la circonstance, et que (c’est le plus important) “quelque chose est née” ce jour. Ce beau bébé, pour filer la métaphore de la naissance, est appelé donc à grandir pour mieux donner vie aux espoirs de changement inscrit au fronton de la CNCD. C’est là tout le défi qui attend, dans les prochains jours et les prochains mois, cette toute jeune structure. Après son baptême du feu de samedi, réussi surtout par son impact psychologique et médiatique, il s’agira d’aller pour elle de l’avant, d’autant que le mur psychologique de la peur, érigé sur la base d’un état d’urgence injustifié, est désormais tombé à Alger. Aller de l’avant pour entretenir la dynamique. C’est précisément à cet objectif stratégique que répond certainement la décision prise hier lors d’une réunion marathon de la CNCD : une nouvelle marche samedi prochain. Reste à espérer que le ministère de l’Intérieur, systématiquement et incompréhensiblement retranché jusque-là derrière la crainte d’un dérapage, laisse enfin faire. L’argument sécuritaire ne tient plus la route, désormais, car les choses, de l’avis général, se sont plutôt bien passées samedi. Du moins côté manifestants, plutôt bon enfant. Ce qui n’a pas été (hélas !) le cas du côté de la police, y compris d’ailleurs les éléments féminins, qui ont fait preuve d’une hargne et d’un zèle injustifiables. Soit dit en passant. À ce titre, on peut considérer la manifestation du 12 comme un test de vérité plutôt positif. Ce qui permet de croire que pour la marche du 19, les autorités donneront leur OK. Quitte à faire appel au même dispositif policier. Mais pour sécuriser les marcheurs cette fois-ci et non pas pour les bastonner ou les embarquer dans les commissariats. Car rien ne justifiera une interdiction, sinon alors la volonté d’empêcher les citoyens de s’approprier la rue pour éructer leur ras-le-bol à ciel ouvert.

Source Liberté Omar Ouali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires