Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 07:34

Algérie - Pouvoir, changement et société

bouteflika-copie-1

 

 

En quelque quarante-huit heures, on aura enregistré quelques dizaines d’actions de revendication. À Alger, Batna, Bouira et ailleurs, les étudiants sont sur la brèche. Les agents de la poste et de l’Agence de presse officielle organisent des débrayages. À Constantine, le chantier de tramway est à l’arrêt. Au Sud, les employés de Sonatrach ont fait grève. L’usine d’explosifs de Miliana est bloquée, l’Inped, institut de gestion à Boumerdès, est paralysé. Les techniciens et scientifiques de la recherche nucléaire se mettent en grève. Les médecins résidents débraient… Les routes de Oued Tarfa, dans la wilaya de Batna, de Berrahal, dans la wilaya d’Annaba, ont été fermées. Des troubles sont signalés à Souk-Ahras et la wilaya d’El-Tarf s’est installée dans la protestation. La daïra et la mairie de Tizi Ghenif sont fermées par des citoyens. Près de six cents maires menacent de démissionner pour protester contre le nouveau code communal.

Des sit-in ou rassemblements des non-voyants, des administrés de la commune de La Casbah, des policiers radiés sont signalés. Les handicapés moteurs promettent de passer à la protestation et les enfants de moudjahidine prévoient une marche pour le 19 mars…

On oublie les veillées d’armes des agents d’autodéfense, des propriétaires de fusils de chasse saisis et d’autres foyers de tension. D’ici que les baltaguia, récente invention de la stratégie nationale de maintien de l’ordre, se trouvent des droits à revendiquer…

Et avec tout cela, l’Algérie officielle veut donner l’impression qu’il n’y a que les marches invariablement étouffées qui viennent hebdomadairement perturber la sérénité nationale.

Bien sûr, l’option pour une gestion financière de la paix civile a fait en sorte que tous les opportunismes corporatistes se réveillent pour emprunter le train de la protestation. D’où le caractère confus de cette nébuleuse contestataire. Le pouvoir, qui privilégie la revendication pécuniaire, et donc “apolitique”, pousse à l’expression “sociale” du mécontentement. Il espère ainsi transformer la frustration globale en une multitude de plateformes catégorielles.

En attendant que le tandem Sant Egidio-Alliance de gouvernement prépare la réponse du système à l’inévitable demande de changement. Celle qui, à l’instar des revendications des jeunes de la région, viendra exiger le changement. Et c’est, apparemment, Abdelhamid Mehri qui, du haut de ses quatre-vingt-cinq ans, est improvisé VRP du nouveau projet national.

Bien sûr, si, de l’autre côté, l’itinérant Ali Yahia Abdennour s’est improvisé délégué de l’aspiration à la rupture, l’équipe Belkhadem - Mehri peut prétendre personnaliser l’espoir. Étrange changement dont Bouteflika, à entendre Mehri, “constitue une partie importante”.

Mehri en renfort pour le parachèvement du coup d’État constitutionnel inachevé à cause des réticences que Bouteflika avait signalées en leurs temps. Le tout est peut-être de conjurer ces réticences en éloignant l’armée, non pas pour promouvoir la démocratie et la société civile, mais en s’arrogeant le monopole du projet national au profit d’un FLN réconcilié dans son intégrité de parti unique.

C’est cela qu’on appelle “l’Algérie, ce n’est ni la Tunisie ni l’Égypte”. Sauf que la société, qui gronde de partout, n’a pas dit son dernier mot.

Source Liberté Mustapha Hammouche

musthammouche@yahoo.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires