Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 06:41

Algérie - Contrefaçon et rente

corruption-algerie.jpg 

Le directeur général des douanes vient de nous apprendre que 65% des marchandises importées sont des imitations !
Le problème n’est pas tant dans cette réalité des choses, tant nous savions déjà que le pays a été transformé, ces dix dernières années, en bazar pour économies de contrefaçon. Il est surtout dans le fait que le garde-frontière de l’économie nationale l’annonce, ainsi, sur le ton du simple constat, comme si la situation ne devait point prêter à conséquence. Comme s’il suffisait d’invoquer la culpabilité des “importateurs véreux” pour se… dédouaner de sa responsabilité institutionnelle.
Les douanes n’ont pas pour rôle de nous informer, d’informer le consommateur sur le niveau d’abus dont il est victime, mais de l’en prémunir. Bouderbala aurait donc dû nous faire part des mesures qu’il compte mettre en œuvre pour ce faire. À moins que, dans la réalité, son institution n’ait pas les prérogatives ou les moyens d’empêcher ce trafic. Plus grave que de raison, le directeur général des douanes nous avise que, non seulement, nous sommes trompés dans les articles de téléphonie, d’électroménager, mais aussi dans les médicaments et dans les cosmétiques qui sont aussi des produits de soin corporel. En d’autres termes, nos malades sont escroqués sous le regard d’un État impuissant à juguler l’arnaque, sinon passif.
Car, enfin, l’argument des “importateurs véreux” ne suffit pas à justifier cette “bazardisation” massive du marché de consommation, puisque l’opération d’importation constitue l’acte le plus rigoureusement réglementé de l’activité économique nationale. Ces “importateurs véreux” ne sont tout de même pas clandestins, particulièrement dans le médicament, quand on connaît les critères “politiques” qui autorisent l’accès à cette activité. Ce domaine du commerce international est informellement mais strictement réservé !
Il n’était donc pas étonnant alors que ce pouvoir des oligopoles sur la “libre importation” allait s’accompagner du pouvoir de neutraliser des fonctions de contrôle de qualité et de conformité. Inutile de nous montrer du doigt des “importateurs véreux” si, en même temps, ils restent hors de portée de la réglementation et ont ostensiblement pignon sur rue.
L’État a bien vu les sources d’approvisionnement se déplacer des États-Unis et de l’Europe vers la Chine, la Turquie, Dubaï, l’Inde ou la Jordanie. Même l’investissement public en matière d’équipements, y compris dans les télécommunications et la pétrochimie, est proposé à des opérateurs issus d’économies nouvelles venues à la technologie. Comme le montre la multiplication de scandales autour de contrats internationaux, les pratiques corruptives ne sont pas toujours étrangères à ce recours tendanciel aux technologies de deuxième main. Si, en plus, on peut satisfaire les besoins du consommateur local à moindre prix, on ne se fait pas trop regardant sur la qualité de ce qui lui parvient. La paix civile n’a pas de prix.
Finalement, la camelote qui tient lieu d’offre commerciale au consommateur ne relève pas de la seule force de quelques esprits véreux et malins, mais d’un modèle économique qui augmente le pouvoir des opérateurs politiquement agréés et affaiblit l’autorité de la fonction de contrôle. La consommation de contrefaçon est inhérente au système rentier

Source Liberté Mustapha Hammouche
musthammouche@yahoo.fr 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires