Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 07:53

 

Algérie - Interdiction de la marche à Alger : laborieuses justifications

pouvoir face la rue

 

Les interventions se succèdent pour délégitimer la marche de samedi, rivalisant d’indigence dans l’argumentaire justifiant son interdiction. Considérons, à titre d’exemple, les deux dernières protestations émises par Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme, et par Mustapha Boudina, président de l’Association nationale des anciens condamnés à mort.

Le premier, détenteur désigné de la cause des droits de l’Homme en Algérie, mais plus assidûment chargé d’assurer le bon accueil social aux terroristes “repentis”, trouve simplement qu’Alger n’offre pas la garantie de sécurité à d’éventuels manifestants. Ou, plutôt, trouve-t-il, que la meilleure manière de leur assurer cette sécurité, c’est de leur interdire de manifester.

Maître Ksentini ne va pas jusqu’à renier le droit de revendiquer, mais il en redéfinit la manière : “Les gens qui projettent de faire des marches ont des revendications. Ils peuvent exprimer leurs revendications autrement : par la presse, des réunions, des conférences de presse… On peut s’exprimer pacifiquement et utilement”, précise-t-il. Parce que manifester n’est pas pacifique ni utile ! Le président de la CNCPPDH ne semble pas saisir le sens d’une action populaire. Celle-ci a pour vocation de mesurer l’audience d’une requête ; et si les démocraties les mieux établies ne l’ont pas encore bannie, c’est parce qu’on n’a pas encore trouvé meilleur moyen pour évaluer l’ampleur concrète d’une pétition. Tout le monde n’a pas droit à la conférence de presse !

“Un attentat à Alger lors d’une marche peut faire des dégâts humains considérables”, nous apprend Ksentini. Et un attentat à Batna, il ne ferait pas “des dégâts humains considérables” ? Pourtant, les marches n’y sont pas interdites et personne n’a conseillé au président de ne plus retourner à Batna?

Depuis le temps que Ksentini annonce la reddition massive des terroristes qui se bousculent au portillon de la “réconciliation nationale”, n’en resterait-il qu’à Alger ?

Le sénateur Boudina qui, en dépit de l’interdiction légale, parlait de politique à des lycéens de Médéa, mettait les jeunes en garde contre… “la manipulation de leur colère”. Le président de l’Association nationale des anciens condamnés à mort puise, lui aussi, dans le registre de la sécurité : “Aucun parti ne peut se targuer de pouvoir organiser une marche sans que des dérapages se produisent.” On peut se demander par quelle métamorphose un homme engagé dans sa jeunesse jusqu’à endurer le risque de la guillotine se retrouve à devoir appeler les jeunes à ne rien faire parce que “ce n’est pas une raison pour s’adonner à des actes de vandalisme et de destruction !”

ç’aurait été tellement plus conséquent de leur apprendre à lutter… sans “s’adonner à des actes de vandalisme et de destruction”, puisque Boudina reconnaît que “les problèmes sont légion”. Tellement “légion” d’ailleurs, qu’il en profite pour se plaindre que des   “anciens condamnés à mort n’ont, à ce jour, pas de logement !”

Gageons donc que d’anciens condamnés à mort seront à la marche ! Mais sûrement pas pour un logement.

Les manifestations populaires ont de bien plus sérieux motifs que leur interdiction.

musthammouche@yahoo.fr

Source Liberté Mustapha Hammouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires