Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 09:03

Imposante marche à Tizi Ouzou affrontements Tizi Ouzou

 

Des milliers de personnes ont battu le pavé hier à travers les différentes artères de la ville de Tizi Ouzou pour répondre à l’appel de la Coordination locale des étudiants (CLE) de l’université Mouloud Mammeri.

La procession a démarré à 11h du campus de Hasnaoua jusqu’au siège de la wilaya. Durant tout l’itinéraire de la marche, les étudiants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir. «Pour une véritable université publique de qualité», «Pour les libertés démocratiques et un Etat de droit», «Pour l’éradication du phénomène d’insécurité» et «Non au système LMD» ainsi que «La réouverture de la post-graduation et le maintien du Capa», pouvait-on lire, entre autres, sur les banderoles brandies pas les marcheurs.

Cette action a été une réussite puisqu’elle a drainé plusieurs milliers de personnes. Nous voulons, à travers cette marche, interpeller encore une fois le pouvoir sur la situation que traverse l’université et demandons également un changement pacifique et démocratique», a déclaré un membre de la CLE.

A 10h, l’enceinte du campus de Hasnaoua était déjà noire de monde. Les étudiants préparaient les carrés. Quelques minutes plus tard, la foule  s’ébranle dans un climat pacifique. D’autres citoyens se sont joints à la marche. «Cette action est une initiative de la CLE, mais elle est ouverte à toute la société civile et les forces démocratiques agissant pour le changement», a laissé entendre un organisateur à l’aide d’un mégaphone. Au-devant de la marche, un grand emblème national a été déployé par les manifestants qui ont marqué une halte au carrefour Djurdjura, au centre-ville pour observer une minute de silence.

Puis la procession s’ébranle de nouveau, en criant à gorge déployée : «Halte à la corruption». Les marcheurs n’ont cessé de scander, haut et fort, des slogans hostiles au pouvoir jusqu’au portail principal du siège de la wilaya où ils ont observé un rassemblement. «L’université est en souffrance. La tutelle lance des réformes sans prendre le soin de réunir les conditions nécessaires pour assurer la performance et la réussite. Cette situation n’est pas seulement le résultat de l’incompétence et d’un laxisme, mais celui d’un régime qui, obnubilé par son maintien au pouvoir, stérilise et ruine l’université, verrouille les champs politique et médiatique, bâillonne l’opposition démocratique et empêche toute manifestation pacifique», dira un membre de l’organisation à la fin de la marche.

A 13h, les marcheurs se sont dispersés dans le calme et sans le moindre incident. Notons  aussi que l’action de la CLE a été soutenue par les lycéens, le MAK et le RCD. D’ailleurs, nous avons remarqué, entre autres, la présence  du président de l’APW et des parlementaires de la formation de Saïd Sadi. «Nous avons pris part à cette marche parce que nous soutenons les revendications des étudiants. L’heure est à la mobilisation et à l’union», a estimé Mohamed Ikherbane, sénateur du RCD. Par ailleurs, il est utile de souligner que la marche des étudiants a été ponctuée d’une grève générale qui a paralysé hier toutes les facultés de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. 

Source El Watan Hafid Azzouzi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires