Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 09:24
Bouteflika et les zaouïas, Sofiane Djillali et Benbitour
Bouteflika de retour en Algerie 
Bouteflika, le mystique La phrase est passée inaperçue du plus grand nombre…, y compris de la presse qui ne se focalise que sur ce qui fait vendre : les scandales, la corruption et la prétendue lutte impitoyable entre Bouteflika et Toufik, ainsi sont-ils qualifiés par les commentateurs, comme s'ils dînaient ensemble chaque jour.
C'est bien le seul pays au monde où il y a tant de familiarité sémantique entre ceux qui incarnent le pouvoir et la presse. Mais revenons à l'essentiel. Je disais donc que Sellal, à Adrar, si je ne m’abuse, a déclaré que des représentants de zaouias sont venus le voir pour lui faire part de leur grande inquiétude : "et si le président part qu'adviendra-t-il de nous", lui ont-ils confié, les mines plissées.
Et Sellal de les rassurer : "N'ayez aucune crainte, le président ne partira pas!" Et voilà les représentants des Zaouïas, heureux comme des derviches tourneurs qui ont tellement tourné qu'ils baignent dans la béatitude… Ceci nous amène à quoi? Mais voyons. A ceci : l'inquiétude des Zaouïas sur leur sort qu'ils lient à celui du président est un élément majeur qui nous renseigne sur la perception de Bouteflika par un segment important de la population de l'Algérie profonde : il est aimé, vraiment aimé par ceux qui sont étrangers aux intellectuels de salons algérois, ces opposants du dimanche qui croient représenter l'Algérie, alors qu'ils ne sont qu'une poignée en mal de reconnaissance par l'ancienne puissance coloniale.
Ce que je veux dire, et cela n'a jamais été dit à mon avis, est que Bouteflika connaît ce qu'on pourrait appeler l'âme algérienne, cette âme que nul ne pourrait comprendre s'il n'a ses racines plongées dans la terre, dans la mémoire, dans les luttes, en un mot, comme en mille, dans l'histoire de notre pays.
Cette passion des Zaouïas, cette quête de spiritualité et de mysticisme de Bouteflika ne date pas d'hier, ce n'est pas une posture électorale de l'homme politique qui veut brasser large, non, Bouteflika est ainsi. C'est un soufi par éducation et par choix de vie ! Ainsi, même quand il était le brillant ministre des Affaires étrangères aux cheveux longs et à l'œil bleu qui faisait chavirer bien des cœurs sur la scène internationale, Bouteflika baignait dans le mysticisme. Il pratiquait l'alternance chère à Montherlant : à chaque moment du jour, une partie de nous-mêmes différente des autres parties. C'est ainsi, et contrairement à ce qu'on pourrait croire, Bouteflika n'a jamais bu une goutte d'alcool. C'est cet homme, habité par l'Algérie profonde, détesté par une partie de la presse et quelques chroniqueurs mondains, qui s'apprête à briguer un quatrième mandat. Je vote pour. Et vous?
Sofiane Djillali, l'imprécateur
Il ne représente rien sur l'échiquier politique. Rien, que lui-même. Et pourtant la presse, enfin une certaine presse, lui tend le micro avec une grande jubilation. C'est qu'avec lui, on est certain d'avoir son content d'outrances sur Bouteflika. C'est un peu l'histoire de la fourmi qui pince l'éléphant et qui s'étonne de son absence de réaction. Ceci dit, je trouve Sofiane Djillali, avec sa bouille d'instituteur insomniaque, fort sympathique. Et un peu ridicule avec sa manie de taper à mort sur le Président. Je sais bien que c'est pour se faire entendre et être visible qu'il est aussi agressif. Mais tout cela, qu'il nous le concède, est à la fois improductif pour lui et dangereux pour son image dès lors qu'il risque d'être positionné comme un excité agité. Et non comme un politicien constructif. Ceci dit, par des côtes, je le vois bien au FLN ou au RND.
Du coté contestataire évidemment. Il en a la mise et le regard de feu et aussi cette moue de déception qui traduit les échecs. De l'autre côté, je le vois bien tout près de Ghoul. Il a le même cheveu lisse et les mêmes gestes saccadés. Sans l'ambition présidentielle, car Ghoul ne pense qu'a ça. Il se voit en président. Et Djillali en ministre. Rien qu'un portefeuille présidentiel et il serait heureux et silencieux comme l'a été en son temps Mohand Said, séduit, puis abandonné.
Benbitour, un Sisyphe algérien
Il y a quelque temps, un diplomate chevronné me confiait que de tous les candidats potentiels, le seul qui a un programme crédible est Benbitour. Il ajouta : "ce n'est pas mon ami, je ne voterai pas pour lui, mais il est au moins clair." Tout est là : "je ne voterai pas pour lui" Et pourquoi donc? Le diplomate pourrait me répondre avec cette mine blasée et couperosée des diplomates qui écument les cocktails: "Parce qu'il ne représente que lui-même". Le drame de Benbitour est là : populaire dans quelques cercles d'instruits qui aiment ses analyses, inconnu par le reste, il n'a pratiquement aucune chance d'être élu. Il passera son temps à se pousser, tel Sisyphe, il n'arrivera jamais à son but. Et ce ne sont pas ses innombrables interventions dans la presse qui changeront quelque chose. Il sera lu, vu, mais ne sera pas entendu. Si les Algériens étaient des Anglais, peut être qu'il aura une chance à cause de sa bonne bouille, sa compétence et la clarté de ses idées. Comme tout intellectuel Algérien, il a comme vocation à faire monter l'ambiance, à donner l'illusion que les intellectuels comptent en Algérie. Oui, ils comptent...pour du beurre!
Source TSA Ghani Gedoui  
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires