Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 04:24

Confusion autour du rachat de Djezzy

puce-djezzy.jpg

L’affaire Djezzy est en passe de connaître une nouvelle tournure à la faveur de l’intervention publique du copropriétaire norvégien dans le groupe russe

Vimpelcom, qui a considéré qu’il faut encore attendre avant de parler «d’accord conclu» avec Sawiris. 

L’affaire Djezzy a réveillé les vieilles rancœurs entre les deux  principaux actionnaires du groupe Vimpelcom. Le patron de l’opérateur norvégien Telenor, propriétaire à hauteur de 36% du groupe Vimpelcom, a exprimé des doutes sur le projet d’acquisition d’Orascom, soulignant qu’un accord n’est pas gagné d’avance.

A ses yeux, le principal obstacle reste la prise de contrôle de la filiale algérienne d’Orascom, Djezzy, que Vimpelcom souhaite conserver car il s’agit, selon lui, de l’actif le plus lucratif de l’opérateur égyptien.

Dans une interview au quotidien russe Vedomosti, reprise par l’agence Reuters,  le directeur général de Telenor, Jon Fredrik Baksaas, a considéré l’accord conclu entre Vimpelcom et Naguib Sawiris comme «une somme de différentes conditions». «Un grand nombre de questions doit être résolu avant de pouvoir parler d’accord conclu», a-t-il souligné.

Prié de dire si l’opération irait à son terme même si Vimpelcom n’obtenait pas Djezzy, il a répondu : «Il n’y a pas encore de réponse.»

Les querelles entre les actionnaires de l’opérateur russe sont récurrentes dès qu’il s’agit de la stratégie de l’expansion du groupe à l’étranger.

Un conflit juridique, ayant pris ses racines dans l’achat de l’opérateur ukrainien Kievstar, a déchiré l’entreprise Vimpelcom pendant plus de six ans. L’actionnaire norvégien a fait, par ailleurs, l’objet de poursuites judiciaires de la part d’un actionnaire minoritaire Farimex (soupçonné d’œuvrer au profit du russe Alfa Group). Le dernier épisode de ce feuilleton qui a ébranlé le groupe a été la saisie, en février 2009, par les tribunaux russes, des droits de vote et des actions (d’une valeur de 11,8 milliards de couronnes) de Telenor dans Vimpelcom.

Après un bras de fer de plusieurs années, Telenor et Alfa ont convenu de regrouper leurs parts dans ces deux sociétés au sein d’une nouvelle filiale commune qui ciblera les pays émergents. «Nous avons transformé un conflit de cinq ans en un projet enthousiasmant pour l’avenir», a déclaré Jon Fredrik Baksaas dans un communiqué.

L’entente aura été de courte durée puisque l’opérateur norvégien commence déjà à émettre des critiques au sujet de   l’acquisition d’Orascom. Pour l’heure, les marchés financiers, d’ordinaire sensibles au moindre frétillement, n’ont pas réagi négativement aux propos du patron  norvégien.

Vimpelcom est détenu à hauteur de 45% par le 23e homme le plus riche au monde, selon le classement de Forbes, Mikhail Fridman.

L’oligarque est impliqué dans des scandales secouant la scène politique russe.

De son côté, Telenor est le 7e opérateur mobile mondial : avec 172 millions de clients, il devance largement Orange ! Telenor a payé 800 millions d’euros pour 60% du nouvel opérateur mobile indien Unitech Wireless.

L’affaire Djezzy prend ainsi une nouvelle tournure. Dalibor Vavruska, analyste à ING, spécialisée dans les télécoms sur les marchés émergents, estime que la décision de l’Etat algérien de recruter un cabinet international pour l’évaluation de la valeur d’OTA va bouleverser la donne. «Recruter des conseils potentiels rend un compromis (avec Vimpelcom) moins probable», a-t-elle expliqué à l’agence Reuters. «Si les Russes (n’obtiennent pas Djezzy), ils devront vraiment reconsidérer leur position concernant l’ensemble de l’accord.»

Des sources du secteur et au sein du gouvernement algérien, citées par la même agence, estiment qu’un prix compris entre deux et trois milliards de dollars serait équitable.

Le directeur général de Vimpelcom, Alexandre Izossimov, a déclaré de son côté que Djezzy valait sept fois son résultat avant charges financières, impôts, dépréciations et amortissements, ce qui valoriserait la société à hauteur d’environ sept milliards de dollars.

Source El Watan Amel Blidi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires