Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 08:30

Algérie – Affaire Djezzy - L'ultime entourloupe du milliardaire égyptien Naguib Sawiris

djezzy

 

Ce n'est pas incidemment que Naguib Sawaris, patron d'Orascom Télécom Holding (OTA), en délicatesse avec les autorités algériennes sur le dossier Djezzy Algérie, a annoncé le rachat à hauteur de 51% de son groupe par l'opérateur russe Vimpelcom LTD peu avant que le Président russe, Dimitri Medvedev, n'effectue sa visite officielle en Algérie.

C'était sa façon de signifier que la tractation a eu l'aval du Kremlin, ou du moins ne lui a pas déplu, et que Medvedev ne manquera d'essayer d'en faire accepter au Président Bouteflika la conséquence qui en découle pour Djezzy Algérie, à savoir que celle-ci passe de facto sous contrôle russe.

Les deux hommes d'Etat n'éluderont certainement pas la discussion sur cet épineux dossier. Mais quels que soient les arguments que Medvedev emploiera pour tenter de faire fléchir le Président algérien sur le principe récemment adopté par l'Algérie de faire valoir son droit de préemption concernant le rachat d'entreprises de droit algérien, il n'est pas acquis qu'il y parvienne. En se rendant aux arguments de son interlocuteur russe, Bouteflika ne ferait que confirmer pour ceux qui le pensent que l'affaire Djezzy résulte de considérations liées à un conflit personnel entre lui et le patron d'Orascom, et subsidiairement à la nationalité égyptienne de ce dernier. Ce serait aussi faire la démonstration que l'Etat algérien renie allègrement une réglementation nationale dont l'encre n'a pas fini de sécher.

Le nouveau propriétaire d'OTH, le directeur général de Vimplecom LTD, Alexander Izosimov, qui est compris dans la délégation accompagnant le Président russe, semble lui avoir compris que les autorités algériennes ne sont pas en disposition de se laisser manœuvrer, même si l'opérateur majoritaire appelé à contrôler Djezzy Algérie vient du pays ami qu'est la Russie. D'où ses propos très conciliants à leur égard faisant état de «l'ouverture absolue de Vimpelcom à un accord avec le gouvernement algérien».

Officiellement, le gouvernement algérien reste déterminé à acheter la totalité des actions de la filiale algérienne d'OTA. Tout ce que Medvedev pourra arracher à Bouteflika, c'est que l'Algérie ne procède par à la nationalisation pure et simple de Djezzy en réaction à la transaction passée entre OTA et Vimpelcom LTD, qui a été perçue à Alger comme un fait accompli dont l'acceptation, en ce qu'il implique pour l'entreprise algérienne, déroge à son tout nouveau droit de préemption. En tout cas, en bradant à chaque fois leurs avoirs en Algérie sans consultation préalable des autorités nationales, Naguib Sawaris et son groupe OTH ont fait preuve du plus profond mépris de la souveraineté nationale du pays et heureusement fait prendre conscience, ce faisant, aux autorités de la nécessité de mettre des garde-fous sur leur territoire aux agissements du capital transnational. Vimpelcom est peut-être animé de la bonne intention de s'implanter sur le marché porteur qu'est l'Algérie, mais fonctionne mû par la même logique mercantile dont a fait preuve OTH. Il vaut mieux par conséquent pour l'Algérie qu'elle fasse savoir, et de façon irrévocable, qu'elle est intransigeante en matière de sa souveraineté nationale.

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires