Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 06:54

Algérie - Affaire Djezzy: Vimplecom veut discuter directement avec le gouvernement algérien

djezzy-algerie

 

 

 

Le groupe russo-norvégien Vimplecom qui a absorbé Orascom Telecom Holding de Naguib Sawiris ne désespère pas de pouvoir négocier directement avec l'Etat algérien du sort de Djezzy.

Vimplecom qui a clos définitivement l'opération du fusion-rachat des actifs Wind Telecom de Sawiris pour 6 milliards de dollars, ce qui en fait au prix d'une dette cumulée de 20 milliards de dollars le sixième opérateur mondial, cherche à trouver un arrangement avec le gouvernement algérien. Ce dernier a pourtant réaffirmé de manière constante qu'Orascom Telecom Holding était son seul interlocuteur dans l'opération de rachat de l'opérateur Djezzy, sur lequel l'Etat algérien a décidé d'exercer un droit de préemption. Selon Alexander Izosimov, PDG de Vimplecom et donc propriétaire des actifs d'Orascom Telecom, le dossier Djezzy reste dans le statu quo, il n'est ni pire, ni meilleur. Le patron de Vimplecom répondait implicitement à des propos de Naguib Sawiris qui a déclaré jeudi dernier qu'il était très pessimiste sur la possibilité de voir Vimplecom mener des pourparlers avec le gouvernement algérien et les réussir. Khaled Bichara, le PDG d'Orascom Telecom a surenchéri en réaffirmant qu'en cas de blocage des pourparlers, il y aurait recours à l'arbitrage international. Au début du mois d'avril, Naguib Sawiris avait annoncé que Vimplecom avait demandé une suspension de la procédure d'arbitrage afin de tenter de négocier une solution amiable avec le gouvernement algérien.

Arbitrage suspendu

Dans une déclaration à la chaîne Al Arabiya, Sawiris a indiqué que cette suspension de plusieurs mois avait pour but de donner une opportunité aux nouveaux propriétaires de parvenir à une solution à l'amiable «On s'est dit que peut-être qu'ils ont des reproches à nous faire car nous sommes égyptiens. Nous espérons que les nouveaux propriétaires auront plus de chance que nous» avait-il déclaré. Ce passage du relais à Vimplecom avait suscité des interrogations sur les raisons qui poussent les dirigeants de Vimplecom à croire que le gouvernement algérien qui a jusque-là refusé de parler avec eux du sort de Djezzy pourrait changer d'avis. Cette option de discussion avec Vimplecom avait été rejetée récemment, une énième fois, par Karim Djoudi, le ministre des Finances. «Nous avons, en ce qui concerne (le rachat) Orascom Telecom Algérie (OTA), un seul interlocuteur en matière de licence, en l'occurrence OTH», la maison mère d'OTA. Le ministre répondait très précisément à une question sur la possibilité d'associer le nouveau propriétaire d'OTH dans ces discussions.

«Le dialogue aura lieu»

A moins d'une intrusion de la diplomatie russe dans le dossier de Djezzy, rien n'indique que la position de l'Algérie pourrait changer Sauf si le cabinet chargé d'estimer Djezzy préconise au gouvernement algérien d'autres montages qu'un rachat à 100% de Djezzy. Il faut rappeler que lors de la visite de Medvedev à Alger, le patron de Vimplecom faisait partie de la délégation, mais que les autorités algériennes n'ont pas changé d'attitude. La volonté du patron de Vimplecom d'engager des négociations malgré le scepticisme affiché par Sawiris est-elle le reflet d'un possible nouvel engagement de la diplomatie russe dans le dossier ? Difficile d'y répondre. Mais Alexandre Izosimov a répondu au pessimisme de Sawiris en déclarant : «Tous les commentaires sur le sujet sont des points de vue purement personnels et non des faits La semaine prochaine nous allons commencer à rechercher le dialogue. Nous n'avons aucune indication que la situation ait empirée et pas d'indications non plus qu'elle se soit améliorée Nous continuons à penser que le dialogue aura lieu».

Source Le Quotidien d’Oran Salem Ferdi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires