Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 05:50

La colère de Madjer

Rabah Madjer

 

«Tous les titres et qualifications de l’EN ont été l’oeuvre d’entraîneurs locaux», a indiqué l’ex-Ballon d’Or africain, Rabah Madjer.

D´aucuns savent que le courant ne passe pas entre Rabah Madjer, l´ex-coach national et le président de la Fédération algérienne de football (FAF) bien qu´on prête l´intention à une «réconciliation diplomatique», entre les deux personnalités sportives algériennes.
Eh bien, réagissant aux dernières décisions prises par Raouraoua et son bureau fédéral, Rabah Madjer refuse le fait d´écarter la candidature d´un coach local avant de critiquer sévèrement la FAF qui dénigre le joueur local également. Ainsi, Rabah Madjer remarque:
«Compte tenu du fait que je suis algérien et d´ailleurs fier de l´être, je ne réponds pas au profil de la Fédération algérienne de football qui cherche un entraîneur étranger pour l´EN.»
Or, remarque Rabah Madjer (d´ailleurs, tout comme la plupart des techniciens algériens l´avaient déjà fait), «tous les titres et qualifications de l´EN ont été l´oeuvre d´entraîneurs locaux. La qualification au Mondial 1982 c´était avec Mekhloufi et Khalef, celle du Mondial 1986 avec Saâdane. Le titre continental en 1990 avec Kermali ainsi que la Coupe afro-asiatique.»
Et ainsi, explique-t-il, «il faudra nécessairement revenir à nos valeurs. La méthode qui a fait ses preuves par le passé, le ferait également aujourd´hui... Et quand j´entends dire qu´on n´a pas de joueurs en Algérie, ça me mets hors de moi. Car, comme je l´ai déjà dit, c´est avec des joueurs locaux que nous avons gagné la CAN 1990.»
Les décisions de la FAF critiquées
Cette sortie médiatique de Madjer qui est partagée par beaucoup, est légitime dans la mesure où, en Algérie, il existe des coachs capables de mener les Verts aux cimes. Pour peu qu´il n´y ait pas d´ingérence et de «calculs» dans les différents choix relatifs à cette Equipe nationale. Certaines mauvaises langues, remarquent que cette décision de lancer un appel d´offres international pour recruter un nouveau staff technique étranger est considérée comme une tentative de la part du président de la FAF de gagner du temps. Il aurait déjà dans la tête le nom du futur coach, lui qui n´a pas cessé d´en parler avec plusieurs bien avant le Mondial 2010 sous l´ère de Saâdane. Mais, il tente, selon ces mauvaises langues de faire baisser la tension qui règne au sein des fervents des Verts avant de lancer le nom de celui qui doit être désigné. La preuve, d´aucuns savent que bien avant la démission du sélectionneur national, Abdelhak Benchikha, le président de la Fédération algérienne de football, M.Mohamed Raouraoua, n´a pas cessé de chercher un entraîneur étranger pour prendre la barre technique des Verts. Même les médias algériens ont longtemps spéculé sur le futur sélectionneur national étranger à l´exception des dernières semaines précédant le stage des Verts à Murcie pour ne pas perturber le groupe. A l´idée préconçue que le président de la FAF ne pouvait engager un coach étranger sous prétexte que le ministre de la Jeunesse et des Sports, refuse de payer, une source proche de la Fédération avoue, qu´en réalité, pas plus tard qu´au mois de décembre dernier, le ministère aurait donné le feu vert pour une telle opération. Mieux encore, la même source indique que le ministère se serait engagé à mettre 300.000 euros par mois pour le futur sélectionneur étranger d´envergure.
Quelle réaction pour le MJS?
Il est évident que cette somme signifie que le MJS est prêt à mettre le paquet pour donner ce plus aux Verts et assurer une bonne technicité pour les joueurs dans l´espoir de voir de bons résultats. Mais, comme Raouraoua a déjà été pris dans la tourmente, a engagé Benchikha par «intérim» et suivant une logique de coach national des A´, il ne pouvait non plus, se permettre de créer un problème en engageant un coach étranger aux côtés de Benchikha, lequel n´aurait pas apprécié d´être «second».
La preuve, il a déjà mal apprécié le fait que Raouraoua ait discuté avec l´entraîneur bosnien Vahid Halilhodzic alors qu´il était en poste. Ce qui est une réaction légitime que tout autre technicien aurait eue. Saâdane avait également subi la même aventure avec le président de la FAF. Maintenant, les coudées sont franches pour le président de la FAF. D´autant qu´il se donne le temps avec cette initiative d´appel d´offres. Or, les critères de choix de ce futur coach national se devraient d´être établis par la direction technique nationale. Et les augustes membres du BF n´ont pipé mot sur le nom du futur DTN, comme si, cela était vraiment gênant à un moment où toutes les idées sont claires pour eux et le président de la FAF. Le seul critère logique qui ressort de cette dernière décision de la FAF, c´est qu´il n´ y aura pas de place à un coach local. Quant à l´histoire des finances pour payer le coach étranger, voilà que par enchantement, il se trouve que la FAF se permet le luxe d´indiquer que «si dans le passé les ressources financières ne permettaient pas cette option, il n´en est pas de même aujourd´hui. La Fédération, étant en mesure de payer les salaires adéquats, grâce à sa politique marketing».
Et là, il y a lieu de remarquer que c´est une manière comme une autre de «ligoter» le ministre de la Jeunesse et des Sports. Cela veut dire qu´on n´attendra plus l´aval du MJS pour pouvoir payer le futur sélectionneur national «étranger».
Là, il est utile de rafraîchir la mémoire de certains, car même cette option de coach étranger a été un fiasco et ce, sous l´ère même de Raouraoua: Historiquement, le président de la FAF a consommé dix sélectionneurs entre locaux et étrangers. Avec une qualité qui laisse à désirer pour les coachs étrangers choisis avant d´être remerciés par le président de la FAF et ce, durant ces deux mandats. Madjer, le Belge Leekens et Bouarata, Saâdane et Boualem Charef, le Belge Waseige et Cheradi, Fergani-Abdelouahab; Saâdane et enfin Benchikha: tous ses coachs ont été remerciés du temps de Raouraoua alors que son deuxième passage à la tête de la FAF n´est pas encore consommé! Donc, après Leekens et Waseige, place au futur «fusible» made in.

Source L’Expression Saïd Mekki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires