Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 07:39

«Une certaine appréhension à l’approche des élections»

Berriane tension entre Arabes et Mozabites

-Cette rupture virtuelle entre Mozabites et Arabes est nettement perceptible quand on se trouve à Berriane. Pourquoi en est-on arrivé là ?

Cette rupture est l’effet direct des malheureux évènements qui ont endeuillé notre ville. Ceci dit, des contacts existent entre les communautés même si le dialogue est encore timide. Il faut rappeler que le mal est profond et lent à cicatriser. En tant que président de l’APC, je n’ai aucun problème, que ce soit avec les Arabes ou les Mozabites et c’est là l’essentiel. Nous essayons d’organiser des rencontres, des dialogues intercommunautaires pour le bien de notre ville, en espérant qu’à l’avenir tout clivage sera dépassé.

-La charte élaborée en février 2010 a-t-elle été appliquée correctement ?

Cette charte, élaborée en vue de renouer avec l’esprit d’antan, est actuellement bien appliquée. S’il existe çà et là quelques incidents, cela relève surtout de faits divers qui peuvent avoir lieu dans n’importe quelle localité à travers le territoire national. Cette charte a été une très bonne initiative et devrait servir d’exemple pour l’avenir, et pour d’autres communes où des problèmes identiques peuvent surgir. Et je ne parle pas que du M’zab.

-Pourquoi cette présence policière renforcée ? N’est-ce pas la preuve que vous craignez de nouveaux incidents intercommunautaires ?

Il s’agit d’un plan sécuritaire. D’ailleurs, grâce à la police, aucun débordement n’est à constater. Vous le voyez vous-même, la sécurité est présente à tous les points de passage, mais, progressivement, elle va diminuer. Même les fourgons sont moins présents, si ce n’est devant la daïra. La police est là pour prévenir, tout simplement, pas pour semer la haine et le désordre, et si elle joue bien son rôle, comme elle l’a fait jusqu’à maintenant, tout ne pourra que bien se passer.

-Beaucoup d’Arabes ont dit qu’ils n’osaient pas descendre dans la partie mozabite de la ville. Comment expliquez-vous cette peur de l’autre ?

C’est vrai, il subsiste encore cette peur mutuelle de l’autre, mais il n’y a aucun problème visible. Les Arabes et les Mozabites se croisent le plus normalement du monde à la mairie, dans les banques, à la poste. Il n’y a aucun dépassement. Toutefois, une certaine appréhension existe à l’approche des élections législatives et locales, même si l’échéance est encore loin, à mes yeux. Rappelons ici que les problèmes sont nés, en partie, des élections de 2007. Notre APC se doit d’être représentative, et ce, de la manière la plus équitable possible, de toutes les composantes de la commune de Berriane.

-En tant que président de l’APC de Berriane, quel message voulez-vous transmettre à l’ensemble de vos administrés ?

J’espère que tout ira pour le mieux. Nous voulons une réconciliation totale entre les deux communautés. Je demande aux habitants de Berriane de dépasser toute forme de clivage. Nous sommes avant tout citoyens de cette commune et Algériens. Nous recherchons également la paix sociale. Tout doit être mis en œuvre pour assurer logement et emploi pour tous les habitants sans aucune distinction, sans aucun favoritisme. Et pour cela, nous faisons le maximum. Pour Berriane.

Source El Watan Noël Boussaha

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires