Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 03:00

«Votez si vous ne voulez pas des robes pour les hommes avec une barbe au visage»

Ahmed-Ouyahia-Tizi-ouzou.jpg

 

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique, Ahmed Ouyahia, a décoché plusieurs fléchettes vers les partis islamistes, lors du meeting électoral qu’il a animé, hier, dans la grande salle de spectacle de la Maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, dans le cadre de la campagne pour les législatives du 10 mai prochain. Il commencera son meeting par promettre la fin du terrorisme dans la région de Kabylie, en suggérant l’implication de l’Etat et de la société. «C’est dans cette région qu’on va enterrer le terrorisme» lancera, d’emblée, Ouyahia, en relevant la persistance de l’activité terroriste dans quelques régions, dont la Kabylie. Pour l’animateur du meeting, «y en marre des enterrements et des mères qui pleurent leurs enfants. Le terrorisme sera enterré avec l’implication de l’Etat et du peuple», non sans affirmer comprendre la douleur des familles des victimes du terrorisme à la suite de la promulgation de la charte sur la réconciliation nationale, en précisant cependant que cette dernière «a empêché une intervention étrangère».S’attaquant aux partis islamistes, le Premier ministre doute carrément de leur sincérité, en affirmant qu’«ils promettent la démocratie, mais après l’élection, ils enlèveront leurs masques». «Mobilisez-vous et allez voter si vous ne voulez pas une robe pour les hommes avec une barbe sur le visage», lancera-t-il avec un brin d’ironie et sous les applaudissements et le rire de l’assistance. Le MSP, qui a quitté l’Alliance présidentielle, composée également du RND et du FLN, sera particulièrement ciblé par Ahmed Ouyahia qui l’appellera «le parti de ceux qui mettent la robe et la cravate». Pour lui, «l’Alliance présidentielle dans sa marche a commencé à monter une colline, mais fatigué, l’un de nous a choisi d’enlever sa cravate».«Nous ne sommes pas venus vous promettre le paradis, ni vous apprendre la religion, mais nous sommes engagés dans le pouvoir et la construction du pays», martèlera le patron du RND, qui précisera que son parti «n’est pas venu vous promettre le changement mais la continuité». Ouyahia saisira l’opportunité de ce meeting électoral pour répondre au président de la Commission de surveillance des élections, Mohamed Seddiki, en affirmant qu’«il ne confondait pas entre le gouvernement et le RND», considérant comme naturel que «le RND, engagé dans le gouvernement, parle des réalisations de l’Etat et des perspectives du pays s’il reste dans les institutions de l’Etat». Dans le même sillage, il donnera des chiffres, comme il aime le faire, sur les réalisations de l’Etat, notamment dans la wilaya de Tizi Ouzou. Après les 38 000 logements réalisés, Ouyahia annoncera la réalisation future de 64 000 autres dans la wilaya ainsi que l’alimentation de 130 000 foyers en gaz naturel, après les 60 000 déjà alimentés lors du précédent quinquennat. De nombreux autres chiffres seront donnés par l’orateur lors de ce meeting.Le patron du RND abordera également la révolte que des pays arabes et nord-africains ont connue depuis décembre 2010, en rejetant le vocable de «printemps» pour le remplacer par «hiver». «Je ne pense pas que les libyens voient le printemps chez eux», dit-il en estimant que l’Algérie «a vécu son printemps en mars 1962 quand Krim Belkacem a signé les Accords d’Evian, ou en avril 1980».

Source La Tribune Malik Boumati

Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires