Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 04:57

Algérie - Violences contre la famille et atteintes aux mœurs
violences algerie

Les crimes commis actuellement en Algérie prennent des formes alarmantes avec une nette recrudescence des actes au sein de la famille. Rien que durant les huit premiers mois de 2009, le nombre de crimes et délits contre la famille et les bonnes mœurs a atteint 1176 affaires. A la suite de ces actes de violence, 1891 personnes ont été arrêtées, indique le colonel Abderrahmane Ayoub, chargé de la communication au sein de la Gendarmerie nationale, joint hier par téléphone.
Le jeune homme de 17 ans qui a massacré ses parents et son frère, lundi à Sétif, ne constitue pas un cas isolé puisque 29 affaires de ce genre ont été dénombrées dans cette wilaya, de janvier à octobre 2009, selon le colonel Ayoub. Il faut compter 251 affaires de coups et blessures et 263 personnes arrêtées sur le territoire national durant les huit premiers mois de l’année 2009. Sur ce registre, fait savoir notre interlocuteur, Sétif vient en tête de liste des wilayas, suivie de Béjaïa et d’Oran alors que d’autres régions du pays connaissent des crimes familiaux comme Saïda, Tiaret, Batna ou Oran.
Les stades, les écoles et même les mosquées n’échappent pas aux actes de violence individualisée, avance un psychiatre au centre hospitalier Drid Hocine de Kouba, à Alger. « Un enfant qui ne reconnaît pas l’autorité familiale ne reconnaîtra aucune autre autorité », indique Mme Dalila S., psychologue dans le centre de détresse Sabrina, créé spécialement pour les femmes violentées par leurs proches parents. Dans plusieurs mosquées du pays, des jeunes recourent à la violence corporelle pour pousser au changement des imams prêcheurs ou ceux qui assurent juste les cinq prières prétextant différentes raisons, indique un haut cadre au ministère des Affaires religieuses et des Wakfs. A l’école, on ne compte plus les cas où des élèves insultent, menacent et frappent leurs enseignants. « J’ai été victime de grossièretés de la part d’un de mes élèves, mais j’ai pas osé me plaindre ni au niveau de l’établissement ni auprès de la police de crainte de représailles contre mes enfants en bas âge », témoigne une enseignante dans un collège à Beni Messous, sur les hauteurs d’Alger. Dans les clubs sportifs, des joueurs arrivent aujourd’hui au point de crier au visage de leur entraîneur et tentent quelquefois de l’agresser physiquement. Les services de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) interviennent, eux aussi, chaque fois qu’il faut constater ou parer à des actes de violence notamment familiale. « Il arrive qu’on soit harcelés pour aller séparer des membres d’une même famille qui en arrivent aux mains et avec arme blanche », relève un commissaire en poste à Alger. Le mois dernier, 146 citoyens ont été arrêtés pour des actes de violence par les services de la Gendarmerie nationale.
Source El Watan Salah Eddine Belabes
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires