Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 08:37

Alger retient son souffle

cote police on se prepare aussi

 

A l’appel de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), Alger, Tizi Ouzou, Boumerdès, Tipasa, Béjaïa et d’autres villes se préparent à la marche organisée pour «le changement et la démocratie».

Bien que la manifestation ait été interdite, le départ est fixé à 11 heures, de la place du 1er-Mai (baptisée place de la Concorde) à la place des Martyrs.

La marche d’aujourd’hui sera probablement contrée par les forces de l’ordre qui ont investi dès hier matin les principaux accès menant vers la capitale.

En prévision de cette marche, les autorités ont pris leurs dispositions. Au niveau de la place du 1er-Mai, le déploiement est impressionnant : un convoi de fourgons anti-émeutes a pris place depuis plusieurs jours devant le siège de l’UGTA, un second du côté du boulevard de l’ALN – en face au siège de l’entrepôt de l’Entreprise du transport urbain (ETUSA) – et un troisième dispositif a été mis en place en face de la maison de la Presse Tahar-Djaout.

Enfin, un impressionnant dispositif sécuritaire a été établi en face du siège de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), à la place des Martyrs.

Dès jeudi, les Algérois ont été informés de l’absence du transport public assuré par l’ETUSA pour la journée de samedi en direction du quartier du 1er-Mai.

Les mêmes consignes ont été données aux responsables des chemins de fer et aux propriétaires de bus desservant les grandes lignes d’arrêter leurs activités le jour de la marche.

Tous les hôtels de la capitale ont été également réquisitionnés depuis vendredi pour empêcher toute infiltration de citoyens venant de l’extérieur.

Les autorités ont aussi donné des consignes très strictes aux directeurs des cités universitaires pour empêcher les jeunes manifestants venus des wilayas limitrophes de trouver refuge dans les chambres universitaires.

Pour déjouer les plans des autorités, les syndicats tels que le SNAPAP, le Satef et le CLA ont pris leurs dispositions trois jours à l’avance en hébergeant un nombre important de citoyens manifestants venus d’autres villes.

Après la défection simultanée du FFS et du RAJ, le PLJ, de Mohamed Saïd, et le PST, de Chawki Salhi, ont décidé de se retirer de la coordination nationale.

La marche d’aujourd’hui sera couverte par plus de 40 journalistes étrangers qui ont été autorisés à venir couvrir cette manifestation.

Dans un message urgent, daté du 9 février, le wali d’Alger a donné instruction aux présidents d’APC, aux directeurs de l’exécutif de la wilaya d’Alger et aux directeurs des EPIC et de EPA de prendre «les dispositions nécessaires à l’effet d’organiser une permanence relevant de vos structures respectives à partir de vendredi 11 février 2011».

Source Le  Jeune Indépendant Mahmoud Tadjer

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires