Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 06:23

Algérie - Front de mer d’Alger : un lifting de vingt ans

algerie-alger-panorama2.jpg

 

La métropole va s’offrir une nouvelle baie pour 2030. Le projet, financé par l’État et la wilaya, est en cours de finalisation. Premières esquisses avec le groupe d’architectes et d’urbanistes chargé de sa conception.

Du cap Caxine au lac de Réghaïa, sur presque 50 km de côte, la baie d’Alger va bénéficier d’un vaste plan de réaménagement, dans le cadre d’une stratégie urbaine 2010-2029 menée à l’échelle de l’ensemble de la wilaya (préfecture). Objectif: faire de la capitale de l’Algérie une grande métropole méditerranéenne. Jusqu’à présent, elle a manqué d’une vision cohérente et durable pour son développement. Le cabinet d’architectes français Arte Charpentier doit présenter avant l’été le projet de la nouvelle baie.

Le littoral retrouvé

Le premier impératif est de réconcilier les habitants avec leur littoral. La ville a, au fil de son histoire, installé routes, rails et industries entre les habitants et la mer. C’est le paradoxe d’Alger: voir la mer et ne pas y accéder. L’objectif est de rendre l’Amirauté à la vie civile et de recréer des plages et des cheminements tout le long de la côte. De quoi établir une promenade ininterrompue en front de mer. « Il s’agit aussi de respecter la valeur inestimable du patrimoine d’Alger. Pas question de faire ici un nouveau Dubaï avec d’immenses tours », explique Pierre Clément, le président d’Arte Charpentier.

À cet égard, le glissement du port vers l’est et sa revalorisation sont nécessaires: réaménagement de la criée, multiplication des activités commerciales, création d’un port en eau profonde – pour mettre fin à l’engorgement du port de commerce et à l’attente quotidienne de quelque 80 bâtiments dans la baie. Le commerce de vrac a déjà été déplacé.

Toutefois, la préoccupation prioritaire des Algérois reste le logement. Chez Arte Charpentier, on promet qu’il sera intégré au proche littoral, en même temps que des transports publics adéquats pour relayer les 3200 opérateurs privés.

La Grande Promenande de la Baie sera réalisée dans la première phase des travaux.

Un autre pan de la stratégie d’aménagement est de faire d’Alger une « écométropole »: dépollution des plages, exploitation des deux stations d’assainissement, mise en place de filtres sur les berges de l’oued El-Harrach, etc. Une attention particulière sera portée à la préservation et à la valorisation des deux poumons verts qui encadrent la baie, la forêt de Baïnem et les alentours du lac de Réghaïa, ainsi qu’à la gestion de l’eau. Un brise-lames sera installé en bord de mer, et des collecteurs d’eaux usées sont en construction pour éviter les inondations.

Alger compte bien faire de certains équipements phare sa vitrine. La conception d’une bibliothèque arabo-sud-américaine a ainsi été confiée au célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer. Un aquarium, un musée de l’Afrique, une marina et une nouvelle gare centrale sont également au programme.

Visibilité internationale

« La capitale devrait maintenant pouvoir trouver un grand projet contemporain, qui l’identifierait à l’international, réagit Youssef Kanoun, professeur à l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme. J’espère que la réalisation du plus grand nombre possible de ces structures sera confiée à des Algériens, dont 5000 sont diplômés chaque année en architecture. »

En l’occurrence, dans le quartier Chevalier, le chantier de la faculté de médecine, dont la livraison est prévue pour 2012, a été attribué à des Libanais, celui du grand parking à des Turcs, celui de la faculté de langues et littérature à des Coréens. Et rien n’impose aux architectes étrangers qui répondent aux appels d’offres de travailler en partenariat avec des confrères algériens.

Premiers chantiers

Concrètement, quelque 1,5 milliard d’euros sont engagés pour le premier plan quinquennal d’aménagement 2010-2014. Parmi les treize projets prioritaires: un vaste « plan lumière », la rénovation du boulevard Larbi-Ben-M’hidi ou l’aménagement de plages et de bains publics à Bab el-Oued. Ce dernier chantier, qui se veut pilote, a pris du retard. La livraison était prévue pour 2010, mais l’appel d’offres ne sera lancé que prochainement. D’éventuels contentieux sur la propriété des terrains d’implantation de ces nouvelles structures pourraient aussi allonger les délais.

Il est probable que, contrairement aux espoirs initiaux, peu de ces premiers projets soient livrés pour le cinquantenaire de l’indépendance, en juillet 2012. « Le côté positif est que, désormais, Alger a une vision claire de son avenir, estime un proche du dossier. Ce sera long, mais on sait où l’on va. »

Source jeuneafrique.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires