Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 04:54

Algérie - Bien avant sa mise en service - Le métro d’Alger est déjà dépassé

metro-alger-copie-1.jpg

 

Il passera sous l’oued El Harrach et s’étendra jusqu’à Draria d’ici 2020. Décidément, les promesses concernant le métro d’Alger n’ont pas de limites.

Le ministre des Transports Amar Tou, à reconnu hier, que «certains aspects» de sécurité liés à l’exploitation de la première ligne du métro d’Alger étaient «complètement dépassés et nécessitent une révision». Ainsi, avant même sa mise en service, le métro d’Alger est déjà dépassé.

Autre réalité: les chantiers connaissent un retard considérable et d’autres points bloquants.

«Le métro ne sera pas opérationnel avant novembre 2010. Logiquement, ça va aller jusqu’à fin 2011», relèvent les travailleurs de la Ratp El Djazaïr. Selon d’autres sources, des problèmes de génie civil seraient à l’origine des retards constatés pour la livraison du métro.

La première ligne du métro d’Alger a été achevée et sera opérationnelle après la résolution de «certains aspects» de sécurité liés à son exploitation, a assuré hier, le ministre des Transports, M.Amar Tou. «Le métro d’Alger a été achevé. Il reste cependant quelques aspects de sécurité à résoudre avant sa mise en exploitation», a déclaré M.Tou à la presse à l’issue d’une visite d’inspection sur le chantier de l’extension Haï El Badr-El Harrach de ce projet.

Les travaux de réalisation de l’extension du métro d’Alger entre Haï El Badr et El Harrach, sur une longueur de 4 km, devraient être achevés avant fin 2011, ont assuré hier, des responsables de ce projet.

D’un coût de 21 milliards de dinars, cette extension est composée d’un tunnel de plus de 3700 mètres de longueur, dont un linéaire de 65 mètres passant sous l’oued El Harrach, et d’un viaduc aérien qui relie le bout du tunnel de Haï El Badr à celui de Bachdjarah sur une longueur de 280 m.

S’agissant du tunnel, une centaine de mètres restent à creuser dont 50 m sous la gare ferroviaire d’El Harrach et 65m sous l’oued, ont affirmé les responsables du consortium composé de la société algérienne Cosider et de l’allemande Dywidag, en charge de la réalisation du projet.

Les travaux de réalisation de l’extension Haï El Badr-El Harrach ont été entamés depuis 17 mois, alors que 1700 employés dont 35 ingénieurs opèrent dans ce chantier. Une station de quatre étages équipée d’ascenseurs pour les handicapés ainsi que des guichets de distribution de tickets et de différents commerces est prévue à Bachdjarrah.

La livraison totale de l’infrastructure est attendue pour décembre 2011 après achèvement des travaux d’équipement et de signalisation, a expliqué un responsable de l’Entreprise du métro d’Alger (EMA).

Outre Haï El Badr-El Harrach, plusieurs autres extensions sont programmées pour le métro d’Alger en vue d’atteindre un réseau de 40 km allant de Dar El Beïda à Draria à l’horizon 2020, a affirmé M.Tou devant la presse à l’issue de la visite d’inspection. Il s’agit, en particulier, de Haï El Badr-Aïn Nâadja et la Grande Poste-Place des Martyrs dans une première phase avant de desservir d’autres destinations comme Bab Ezzouar, Baraki, Chevalley, Chéraga, Ouled Fayet et Draria.

La réalisation du métro d’Alger avait été décidée au début des années 80, mais sa mise en oeuvre avait été suspendue faute de ressources financières, avant d’être relancée durant les années 2000. Ce projet aurait coûté la bagatelle de 139 milliards de DA au total, rappelle-t-on.

Source L’Expression Mohamed Sadek Loucif

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires