Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 05:50

Le poisson va-t-il mourir de vieillesse?

peche-algerie.jpg

 

De nombreux atouts placent Annaba en pole position dans le secteur de la pêche.

Depuis Sidi Salem à l´est, jusqu´à Chtaïbi à l´ouest en passant par Aïn Barbar au centre, les fonds marins de Annaba regorgent d´un potentiel halieutique représentant une biomasse appréciable assez diversifiée d´espèces, en particulier en zones rocheuses...Ces richesses maritimes naturelles sont à l´origine d´une industrie halieutique qui, à tous les égards, a contribué amplement à la promotion de l´exploitation de cette richesse et à la création de centaines de postes d´emploi. Visant la promotion du secteur, le financement de l´Etat est venu booster le secteur. En matière d´investissements, le secteur de la pêche, dans la wilaya de Annaba, a bénéficié, au titre du programme de soutien à la relance économique (Psre), de 45 projets dont 37 réalisés parmi lesquels 31 relatifs à l´acquisition de moyens de production neufs, entre autres, 11 chalutiers, 20 sonars, deux projets intégrés de pêche et quatre opérations de réhabilitation et de mise aux normes des anciens navires, a-t-on appris auprès du directeur de la pêche et des ressources halieutiques de Annaba, en précisant que le reste des projets est en cours de réalisation. Cet effort d´investissement a permis l´amélioration de la production, et voit l´achèvement des autres projets, avoir des retombées positives sur le secteur, à long terme.
Dans ce sens, il convient de signaler que le secteur halieutique de la wilaya de Annaba a réalisé un saut aussi bien quantitatif avec neuf millions de tonnes de poissons toutes espèces confondues, que qualitative, lui permettant de conquérir un horizon économique important.
C´est dire que les acquis pour ce secteur se composent d´importantes infrastructures en faveur, notamment du port de Chtaïbi, avec le lancement des travaux de réalisation de 60 cases de pêcheurs, et une station de carburant. Rappelons que le port de Chtaïbi est classé en deuxième position après celui de Annaba. Ce dernier a bénéficié, pour sa part, de la réalisation d´une station d´avitaillement en carburant, une fabrique de glace, opérée dans le cadre du dispositif Ansej.
Autres infrastructures importantes: l´abri de pêche de Aïn Barbar, dans la commune de Seraïdi. Cet espace maritime a été aménagé et équipé en fonction des besoins.
Ces structures portuaires ont été renforcées par quatre sites d´échouage, répartis d´est en ouest du littoral de la wilaya (plage de Sidi Salem, Seybouse, la Caroube et Chtaïbi), ces plages sont l´espace d´activité de la pêche artisanale. Par arrêté de wilaya, ces espaces ont été réglementés et ce, dans le cadre de l´organisation de la pêche artisanale aux moyens des petites barques.
Si la pêche artisanale se limite à quelques rénettes, utilisées aux fins d´une passion, la flottille de pêche professionnelle, pour sa part, se compose de plus de 495 unités dont 372 rien que pour le port de Annaba et 123 entre chalutiers au nombre de quatre, 18 senneurs et 101 petits métiers, pour le port de Chtaïbi.
Avec une population maritime de 3 615 pêcheurs dont la majorité activent au port de pêche de Annaba, cet espace maritime est devenu un véritable point noir, vu le nombre considérable de bateaux de pêche accostés notamment ces cinq dernières années, avec l´implication des dispositifs d´emploi dans le créneau de la pêche, tel l´Ansej et la Cnac.
Le secteur halieutique dans la wilaya de Annaba étant la pierre angulaire de l´économie locale, il ne se limite pas aux acquis réalisés, il aspire aussi à promouvoir des investissements pouvant lui permettre de propulser l´économie nationale.
Pour ce faire, des efforts sont engagés aux fins d´obtenir la réalisation d´un nouveau port de pêche à Annaba, permettant, d´une part, le désengorgement du port déjà existant et d´autre part, la transformation et la conservation des produits de la pêche.
La direction en charge de ce secteur, prévoit, pour les besoins des richesses de la grande bleue, la construction et la réparation navale avec acquisition d´équipements de lavage appropriés...
Autres investissements à même de promouvoir le secteur, l´aquaculture.
Un créneau dont sept sites sont déjà recensés au titre du SNA 2005 et le Sddpa au niveau de Annaba, El Bouni et Chtaïbi. Dans ce sens, il convient de signaler que le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques est attendu le mercredi, 4 mai à Annaba, où il devra inaugurer la journée d´étude sur l´investissement en aquaculture.
Une filière, notons-le, qui est première du genre dans la wilaya de Annaba, mais surtout encourageante, quant à l´investissement dans l´élevage d´autres espèces maritimes.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires