Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 08:36

Algérie - L'anniversaire du repos

jeunesse kabyle

 

 

Il paraît qu'avant-hier, c'était le premier anniversaire du nouveau week-end. Il paraît qu'un docte monsieur est passé sur l'écran Unique pour dire tous les bienfaits de cette adaptation à la finance. Excusez l'expression, c'est du pipeau.

Les banques et établissements financiers ont toujours bossé le jeudi, pour se reposer le vendredi-samedi. Ils ont été les précurseurs de la formule. Le nouveau week-end ne leur apporte rien. Au plan des transactions internationales, le vendredi demeure pour eux une journée morte, comme le dimanche où il travaille.

Mais bon, il faut bien se reposer, même s'il y a des nuisances - pour ne dire que cela - à l'économie nationale. Alors reposons-nous. C'est le mot que s'est donné la majorité des autochtones de la multitude. Avant, il n'y avait qu'une journée et demie de repos hebdomadaire. Aujourd'hui, nous croulons sous les biens que nous produisons, nous sommes tellement riches qu'on s'offre deux jours. Vendredi et samedi.

Il y a, bien sûr, cette pauvre minorité d'autochtones soumis au travail posté, dans la Protection civile et les différents autres services publics qui fonctionnent H-24, dont les hôpitaux.

 Encore que, hier dimanche premier jour de la semaine nationale, à 13h30, j'étais à l'hôpital de Beni-Messous (Alger) : c'était le service minimum. De nombreux employés étaient partis pour cause « d'astreinte ramadanesque », c'est-à-dire faire les courses, flâner, etc., m'a-t-on sérieusement expliqué, mais sous couvert d'anonymat.

Au-delà de l'aspect anecdotique, il est admis qu'en temps normal, le temps de travail - ici - n'est pas respecté. Alors, avec ce nouveau week-end, on n'y comprend rien. On ne comprend pas pourquoi les services de la Poste travaillent le samedi et pas ceux de la commune. On ne comprend pas que les enseignants universitaires bossent le samedi. Il paraît que c'est pour compenser la demi-journée de l'ancien week-end (mi-journée de jeudi et vendredi). Et donc ces enseignants et d'autres dans le secondaire, eux, n'auraient qu'une journée et demie (fractionnée) de repos hebdomadaire, tandis que la majorité des autochtones de la multitude jouiraient eux de deux jours. Injuste ! On ne comprend rien à la logique de ce système. Il est désorientant.

Faut-il s'étaler sur les cinq jours de la semaine censés être travaillés par ceux qui ont la chance d'avoir un emploi ? De vieilles statistiques des années 80, dans le secteur public, disaient que sur les 44 h, on bossait un peu plus de 10%. Cela aurait légèrement évolué. Mais dans l'ensemble, par rapport au temps travail hebdomadaire, on se repose beaucoup. C'est l'anniversaire du repos presque tous les jours. Gratter les heures de travail dans le secteur public, le premier employeur du pays, c'est un autre sport national.

Ce nouveau week-end de 48 h s'ajoute aux autres moments de repos volés par-ci par là. Finalement, tous ceux qui ont un salaire ignorent leur bonheur puisque, tout le temps, ils célèbrent l'anniversaire du repos.

Source Le Quotidien d’Oran Oualid Ammar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires