Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 07:51

Les dernières tempêtes de neige ont mis tous les secteurs sens dessus dessous.

tizi ouzou apres les intemperies

 

Aucun domaine n'a été épargné par les dégâts provoqués par le fort enneigement qui a touché toutes les localités de la wilaya de Tizi Ouzou. L'heure est aux constats et aux évaluations des dégâts occasionnés. Mais, le plus important reste sans conteste, la réparation des dommages. Cette dernière est la plus attendue mais aussi celle qui laisse les populations plus sceptiques. L'état des lieux est chaotique. Dans le secteur de l'éducation, dans les travaux publics, dans l'agriculture et de l'énergie et des mines, le travail qui attend les services concernés est colossal.

Dans le secteur de l'éducation, le rattrapage des cours s'avère difficile vu le grand nombre de jours perdus à cause de l'enclavement des localités. Plusieurs enseignants interrogés trouvent le rattrapage des cours comme une mauvaise solution. Le programme déjà surchargé et constamment décrié par les élèves et leurs parents n'offre guère de marge pour des heures supplémentaires.

Le report des examens du deuxième trimestre tend à rallier plus de voix parmi la famille de l'éducation mais là aussi, d'autres évoquent l'éventuelle suppression malvenue des congés. Le report des examens au mois de mars n'enthousiasme pas pour autant les élèves qui considèrent, selon plusieurs avis, que le retard est irrécupérable et les gesticulations des syndicats et des responsables du secteur ne sont que de la poudre aux yeux. Le débat actuel ne sert qu'à dissiper l'inquiétude des élèves et leurs parents car le constat est déjà compliqué dans les conditions normales. Le secteur de l'agriculture quant à lui est fortement touché par les intempéries. Le responsable du service de la wilaya est de cet avis mais avec cependant plus d'optimisme. De leur côté, les populations locales constatent avec consternation les dommages occasionnés à leurs oliveraies. Près de 50% de celles-ci ont été en effet endommagées par la neige.

Les premiers signes et conséquences apparaissent déjà avec la hausse du prix de l'huile d'olive. Après avoir enregistré une forte hausse suite à la saison pauvre, l'huile a atteint les 800 DA au cours de cette semaine.

Malgré l'optimisme des services concernés, les habitants de la région, forts d'une expérience millénaire, savent que la régénération de l'oliveraie s'étale sur plusieurs décennies.

Les prévisions des connaisseurs tablent sur un prix de 1000DA le litre dans les prochaines semaines. Les éleveurs de leur côté n'ont pas été épargnés.

Quelque 17 poulaillers avec pas moins de 13.300 poulets ont été perdus dans les zones situées à haute altitude. Pour venir en aide aux agriculteurs, les services concernés promettent de saisir le ministère de tutelle pour des mesures de soutien. L'heure est-elle aux demandes d'aides?

Sur le chapitre du réseau routier, les intempéries ont provoqué des dégâts considérables.

Plusieurs routes sont restées fermées durant près de deux semaines. Le travail des services concernés est en cours pour leur ouverture. Cependant, leur mise en état de service n'a pas pour autant fait disparaître les dégâts. Près de la totalité des réseaux divers ainsi que les ponts demeurent bouchés. Les populations craignent que les prochaines intempéries, quoique de moindre intensité, ne provoquent d'énormes inondations.

En tout état de cause, les efforts des responsables des secteurs touchés ne semblent guère convaincre une population qui sort d'une situation d'abandon.

Pour les observateurs avertis, les conséquences de cet état d'esprit ne tarderont pas à apparaître. L'avis général chez la population est la nécessité de revoir de fond en comble les modes de gestion de la cité ainsi que les responsables qui ont, certainement et définitivement, perdu la confiance des citoyens. Enfin, selon de nombreux avis recueillis, les bilans des intempéries n'intéressent personne car, affirme-t-on, les vrais bilans sont à tirer, ailleurs, dans les capacités de l'Etat et des responsables à assumer leurs responsabilités.

Source L’Expression Kamel Boudjadi

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires