Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 09:37

Jour un, an 12 : posons la vraie question : les Algériens voteront-ils islamistes pour les prochaines législatives ?

victimes-du-terrorisme.jpg

Du point de vue technique, tout y mène : le projet de la plus grande mosquée d'Afrique, le mysticisme finissant à la Présidence, l'école, l'épuisement des démocrates encore au pays, le printemps arabe en Tunisie et au Maroc, et le manque d'offres alternatives. S'ils ne sont pas aidés par une fraude intelligente et un dopage des chiffres, les conservateurs, genre Ouyahia ou Belkhadem, vont disparaître derrière les guichets et les quotas. Ils représentent une époque, un échec, un rejet, un défaut. En face, le Soltani ou le Djaballah ont cet avantage d'être des maux nouveaux. Le discours religieux fait campagne pour eux, sans eux. Au contraire des nationalistes : leur discours fait campagne contre, avec eux.
Les Algériens traumatisés par le vote islamiste ? Faut en rire de cette piste désormais : les régimes arabes ont fini, en deux décennies, par produire deux sortes de peuplements assis : les démissionnaires et les croyants. Il n'y a pas de citoyen entre les deux ou si peu. Le citoyen vote et élit, le croyant obéit, suit, s'incline vers sa fatalité. Soltani et son MSP ne séduisent pas les Algériens, mais les islamistes, si. Les Algériens, comme d'autres, n'attendent rien de la terre et attendent tout du ciel. Du coup, nous le peuple présenté comme « le peuple qui a déjà payé », on se retrouve à regarder nos années 90 comme un massacre du sens encore plus grand, une dilapidation, une arnaque sur les morts et les survivants: les mêmes qui nous ont vendu l'éradication comme une hygiène collective et un mal nécessaire vont nous concocter un deal mou entre islamistes et intérêts de castes supérieures. C'est donc le dernier cadeau empoisonné de nos dictatures : nous léguer des croyants à la place de citoyens et des islamistes en guise d'issue de secours.
Les Algériens vont-ils voter islamistes ? Oui, malgré les résultats possibles, à base de calculs infinitésimaux qui vont nous servir un autre fameux équilibre entre pouvoirs et populismes. Tout s'y prépare, pousse dans ce sens incliné vers la démission, encourage ce retournement vers l'ablution. Et dans ce désert d'offres et de visages, les islamistes vont se présenter comme des sauveurs, comme un choix alors que c'est un fatalisme, encore un autre. Octobre 88 semble n'avoir servi à rien. Et pire encore, les grosses douleurs des années 90, à encore moins. 2012, année où les 200.000 morts des années vont être interdits de voter. Dispersés par des brigades anti-émeutes post mortem.

Source Le Quotidien d’Oran Kamel Daoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires