Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 07:45

Algérie - Sawiris parie sur le complexe d'Arzew pour devenir 3ème mondial de l'engrais

gaz arzew

 

Le compte à rebours a commencé pour le complexe ammoniac et urée d'Arzew réalisé dans le cadre la joint-venture Sorfert par le groupe égyptien Orascom Construction Industrie (OCI) et Sonatrach. L'usine devrait être fonctionnelle au début 2012. OCI qui vient de séparer les activités engrais et construction entend devenir, après le lancement, le numéro 3 mondial de l'engrais.
Orascom Construction Industries, la plus grande société par capitalisation boursière en Egypte vient de décider de séparer les activités «construction» de celles des engrais. Une nouvelle société va être créée pour prendre en charge la filière construction alors que l'activité engrais reste sous la dénomination d'OCI. Pour le PDG d'OCI, Nassef Sawiris, cette séparation entre les deux activités devrait apporter une «plus grande clarté stratégique». «Il est évident pour nous qu'il n'existe aucune justification rationnelle entre l'activité engrais qui exporte vers l'Europe, l'Amérique du Nord et le Brésil et la filière construction spécialisée dans les infrastructures et dont l'activité se fait principalement dans les marchés émergents». Pour Nassef Sawiris, les fondamentaux des deux activités sont très différents. Le profil des investisseurs également. «La combinaison agit inutilement comme une pilule empoisonnée» en dissuadant des investisseurs qui peuvent être intéressés uniquement par l'un des deux segments. Cette séparation des activités ne devrait avoir aucune incidence sur la joint-venture Sorfert Algérie avec Sonatrach, pour le complexe d'ammoniac et d'urée d'Arzew. Le démarrage du complexe d'ammoniac d'Arzew qui a connu des retards dans la réalisation devrait avoir lieu dans les prochaines semaines.
«On ne se contentera pas d'être n°3»
Pour OCI, il sera d'un apport décisif. Selon Sawiris, avec le complexe d'Arzew, le groupe est bien placé pour devenir le troisième producteur mondial d'engrais azoté. OCI qui dispose d'usines en Egypte, aux Etats-Unis et en Hollande ne cache pas ses grandes ambitions. «Nous nous concentrons actuellement sur la croissance des activités d'engrais. Nous ne nous contenterons pas d'être n°3.
L'entreprise se consolide et nous avons l'intention d'être une force motrice dans toute croissance du marché mondial» a souligné Sawiris. Un analyste de banque d'investissement Hermes, cité par The Financial Times, a salué cette séparation des activités. Pour Ahmed Shamsi, elle va ouvrir de nombreuses opportunités pour la compagnie et améliore son attractivité pour les fusions et acquisitions. Selon lui, la confusion des deux activités a entraîné une sous-estimation de la filière engrais dont la valeur pourrait croitre de 70%. Selon lui, le marché «tarifé» en Egypte et le «risque Algérie» ont lourdement pesé sur la valeur des actions. Orascom Construction détient 51% des parts de la Sorfert
– créée en 2007 – et 49% Sonatrach. Le contrat de partenariat a été conclu avant le recadrage des investissements étrangers décidé par la loi de finances complémentaire, ce qui explique pourquoi Orascom y détient 51%. Le complexe comprend une unité de production d'ammoniac et d'urée d'une capacité de 1,2 million de tonnes par an et d'une seconde unité de production d'ammoniac de 800 000 tonnes. Le 22 février 2009, Sonatrach et Sorfert Algérie ont signé un contrat de vente et d'achat de gaz naturel d'une durée de vingt ans. L'accord portait sur la fourniture, à compter de 2010, de 1,75 milliard de mètres cubes par an de gaz naturel pour alimenter le complexe pétrochimique d'Arzew.

Source Le Quotidien d’Oran Oussama Nadjib

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires