Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 17:11

Les révélations de Hassan Hattab

des hommes et des dieux

 

De nouvelles révélations sur l'affaire de l'assassinat des moines de Tibhirine viennent démentir les accusations portées contre l'armée algérienne. Ces nouveaux éléments ont été rapportés par le magazine Mariane, qui revient sur l'affaire, à l'occasion de la diffusion d'un documentaire, le 23 mai prochain, sur France 3.

Le film dévoilera des témoignages exceptionnels, considérés comme la preuve que les moines ont bel et bien été assassinés par le GIA, deux mois après leur enlèvement au monastère de Notre-Dame de l'Atlas, près de Médéa. Les réalisateurs de ce film, ayant effectué une enquête sérieuse durant plusieurs années et ayant parvenu à s'entretenir avec des témoins directs dans cette affaire, apportent des preuves "irréfutables" quant à l'implication de l'aile armée du FIS dissous dans cette tragédie, qui continue jusqu'à nos jours, à susciter la polémique. Ainsi, l'on retrouve notamment, des témoignages d'une grande importance, parmi eux, celui de Hassan Hattab, ancien membre du GIA et fondateur d'Aqmi qui raconte : "Zitouni (chef du groupuscule) m'a appelé pour me dire : je t'informe que j'ai tué les moines ce matin." Abou Imen, le dernier geôlier des moines qui avait assisté à leur décapitation, a décrit comment ils ont été tués. "On n'a pas tiré une seule balle, de toute façon on en manquait. Ils ont tous été égorgés au couteau." Abou Mohamed, un "émir" du GIA, affirme "que les corps des moines ont été enterrés dans la montagne et qu'il a été chargé d'emmener les têtes dans une voiture pour les jeter sur la route". Ce témoignage, à lui seul, est capital dans cette affaire dont les tenants et les aboutissants ont longtemps été la source de folles spéculations, de soupçons et de graves accusations. En fait, certaines parties n'ont pas hésité à accuser l'armée algérienne, en évoquant une bavure militaire. D'autres ont joué la carte d'une manipulation des services secrets. Une polémique qui s'inscrit dans le fameux "qui  tue qui", ayant servi pour exercer de la pression sur les autorités algériennes et douter, de l'atrocité des terroristes islamistes ayant mis le pays à feu et à sang. Avec cette nouvelle révélation, va-t-on voir ce dossier définitivement clos ? Tout donne à le croire. Il y a quelques mois, le juge antiterroriste français, Marc Trevidic, a été autorisé par les autorités algériennes à se rendre en Algérie pour mener son enquête sur la mort des moines. Il a présenté aux autorités, les noms des témoins qu'il voudrait entendre, et demandé aussi qu'on l'autorise à exhumer les têtes des moines et à y pratiquer des autopsies. En attendant de connaître les conclusions, force est de préciser que bien de livres et d'écrits ont été consacrés à cette affaire.

Il est à rappeler que dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, sept moines trappistes du Monastère de Tibhirine, à Médéa, ont été enlevés et séquestrés par des terroristes pendant deux mois. L'assassinat des moines est annoncé le 21 mai 1996, dans un communiqué du Groupe islamique armé (GIA). Les têtes des moines décapités nétaient retrouvées que le 30 mai 1996, non loin de Médéa, mais pas leurs corps.        

Source Les Débats Aomar Fekrache

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires

salah 14/05/2013 16:50


Je pense que cette question des moines de Tibherine a fait part de beaucoup de manipulations de part et d'autres, y compris les politiciens. Je pense sincérement que les faits lourds pèsent
plutôot du coté français qui ont tenté à plusieurs reprises d'agir en solo pour les libérer sans résultats. Un jour comme a dit mon ami Thoa la vérité éclatera et les coupables paierons ici en
bas monde et au-dela aussi?

Le Pèlerin 15/05/2013 17:46


Salut mon cher Salah Oui ce sujet a fait beaucoup de vagues Certes il a soulevé beaucoup d’émotions en France et auprès de tous ceux qui étaient attachés à ces serviteurs de Dieu Toutefois, il est
temps maintenant que les choses se calment…Que la justice et l’histoire établissent les faits dans la sérénité afin de nous assurer à tous des lendemains meilleurs Amicalement, Henri


lulu 12/05/2013 18:51


Triste affaire.

Le Pèlerin 12/05/2013 19:42


Bonjour Lulu Oui c’est une bien triste affaire Les moines ont vécu la vie qu’ils voulaient vivre attachés à leurs principes et à leur foi en Dieu Ils auront laissé des traces en Algérie….Et la
liberté du culte bien que limitée a entr’ouvert une porte Quant aux faits eux-mêmes, peut-être saurons nous un jour la vérité Cordialement, Le Pèlerin