Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 08:02

Algérie - Face à la mobilisation citoyenne, de folles rumeurs sur un changement de gouvernement

benbitour.jpg

 

Des rumeurs relatives à un changement de gouvernement se sont propagées, avant-hier, comme une traînée de poudre. Toutes les rédactions des journaux ont été tenues en haleine, guettant une annonce imminente  de la nouvelle composante de l’Exécutif au JT de 20 heures. Qui l’avait distillée ? Pour quel objectif ? Personne ne le sait.

On donnait le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, partant. Concernant son éventuel remplaçant, on avançait le nom de l’actuel ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, qui aurait été chargé de former son équipe. Abdelmalek Sellal a été annoncé au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.

 

Mais pas seulement.                                             

La quasi-totalité du staff gouvernemental était, selon les rumeurs, appelé à plier bagage. Les noms des partants seraient, entre autres, Saïd Barkat (Solidarité nationale), Boubekeur Benbouzid (Education nationale), Djamel Ould Abbès (Santé), Rachid Harraoubia (Enseignement supérieur) et Khalida Toumi (Culture). Il a été aussi colporté que des conseillers du président Bouteflika devraient, eux aussi, prendre la porte. Et dans la foulée, on soutenait que des mesures importantes allaient être prises pour apaiser, dit-on, les esprits.

Il s’agirait de la levée de l’état d’urgence, de l’ouverture des médias lourds (Télévision et Radio nationales) aux partis de l’opposition privés d’antenne depuis de longues années. On supputait même que des élections législatives anticipées allaient être annoncées. En somme, on a laissé entendre qu’on accèderait à presque toutes les revendications formulées par des partis de l’opposition et les organisations de la société civile.

Ces derniers, qui se préparent à organiser une marche nationale en février prochain, revendiquent notamment la levée de l’état d’urgence, la libération des détenus arrêtés lors des dernières émeutes qu’a connues le pays et l’ouverture des champs politique et médiatique. Seulement malgré l’insistance de ces rumeurs, l’annonce n’a pas été faite.

Hier encore, on a fait circuler les mêmes informations, mais sans que cela ne soit vérifié. Une question revient en effet sur toutes les lèvres : pourquoi de telles rumeurs ? S’agit-il d’un ballon-sonde ou traduisent-elles un éventuel remue-ménage au sommet de l’Etat ? Certains vont jusqu’à soutenir que des tiraillements sont nés autour du remplaçant du Premier ministre ; d’autres préconisent que le successeur d’Ahmed Ouyahia se donne le temps de trouver les personnes qu’il faut pour constituer son équipe…

Mais ce ne sont encore que des supputations. Ce qui est certain, par contre, c’est que les derniers événements qu’a connus le pays ont ébranlé certaines certitudes du régime. Cela lui a donné peut-être à réfléchir pour tenter ainsi de trouver des soupapes, mais à ne pas s’y méprendre, pour sa propre survie, devant une mobilisation citoyenne qui prend de l’ampleur. 

Source El Watan Said Rabia

Le Pèlerin



Partager cet article

Repost0

commentaires