Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 09:59

Les gardes communaux ont eu gain de cause !

gardes communaux algerie

 

Le groupe de travail mis sur pied par Ould Kablia est composé de trois représentants des gardes communaux, d’un représentant du ministère de l’Intérieur, d’un représentant de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et d’un autre de la Gendarmerie nationale.

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Dahou Ould Kablia, vient d’élargir le groupe de travail, pour la prise en charge des doléances des éléments de la garde communale, aux représentants de ce corps. Cette décision, qui intervient moins de vingt-quatre heures après le vaste mouvement de protestation des gardes communaux à travers plusieurs wilayas, a été prise à l’issue de l’audience accordée, lundi dernier, par Ould Kablia aux délégués dudit corps qui revendiquent un statut particulier, mais aussi la revalorisation de leurs salaires. Ainsi, le groupe de travail, déjà installé, se penchera dans les prochains jours sur l’étude des préoccupations des gardes communaux. Selon le département d’Ould Kablia, “les doléances et préoccupations de la garde communale, soulevées lors de l’audience qui a été accordée par le ministre aux représentants de ce corps le 2 mars dernier, sont soumises à l’étude et un groupe de travail a déjà été installé”. Selon la même source, ce groupe aura la tâche d’évaluer les revendications de ce corps et de répondre à leurs attentes “dans un climat de confiance, empreint du sens de la responsabilité”. Autrement dit, les deux parties devront poser, sans ambages, les vrais problèmes auxquels sont confrontés, au quotidien, les éléments de la garde communale, non sans soulever l’éternelle requête, à savoir le statut spécifique. La veille, un accord a été trouvé entre les deux parties, à savoir la mise en place d’une commission, respectivement composée, selon les délégués de ce corps, de trois représentants des gardes communaux, d’un représentant du ministère de l’Intérieur, d’un représentant de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et d’un autre de la Gendarmerie nationale. Auparavant, des délégués avaient même été reçus par le président de l’APN où ils avaient exposé leurs doléances. Outre les réclamations déjà rendues publiques, ils exigent la réduction du nombre d’heures de travail et les indemnités de service, à l’instar des autres corps de sécurité. Selon la même source, ce même corps exige également que la revalorisation de leurs salaires soit rétroactive à partir de janvier 2008. Lors du rassemblement devant l’Assemblée populaire nationale (APN), les gardes communaux se sont opposés “à l'incorporation de leurs effectifs dans les rangs de l’Armée nationale populaire (ANP) en cas de dissolution de ce corps et revendiquent une retraite anticipée”, précise t-on. Maintenant que le groupe de travail est élargi à leurs représentants, les gardes communaux espèrent que “justice leur soit rendue et que le devoir accompli ne soit pas vain

Source Liberté Farid Belgacem.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires