Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 00:26

Les vérités d'une attaque

Teguentourine-se-trouve-pres-de-la-frontiere-avec-la-Libye.jpg

Teguentourine se trouve près de la frontière avec la Libye

 

Cette attaque repose de manière cruciale la sécurisation des sites pétroliers et gaziers algériens.

L'attaque perpétrée hier matin, contre une base pétrolière à Tinguentourin, dans la région de In Aménas près de la frontière libyenne, intervient dans un contexte de guerre au sens propre du mot. Elle a eu lieu au moment où au nord du Mali, les forces aériennes françaises sont en opération, cela d'une part, d'autre part, elle coïncide avec l'attaque terrestre. Au-delà du bilan, de l'impact médiatique recherché - obtenu - et des implications sécuritaires, cette attaque rappelle certaines vérités. Il faut se rendre à l'évidence que la sécurisation des très vastes territoires désertiques algériens est quasi impossible. Avec 7800 km de frontières à sécuriser, il faut dire que même l'armée chinoise trouverait des difficultés dans cette immense tâche. Cependant, cela n'empêche pas de la fermeté de la part des services de sécurité algériens. Intervenant samedi dernier lors de la rencontre tripartite à Ghadamès (Libye) avec les chefs du gouvernement tunisien et libyen, respectivement MM.Hamadi Jebali et Ali Zidane, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé qu'«en cas d'atteinte à notre sécurité, nous sommes appelés à être fermes». Il a rappelé que «la position de l'Algérie est connue concernant la situation au Sahel. Nous avons soutenu au maximum le dialogue et continuerons à le faire, mais en cas d'atteinte à la sécurité et l'utilisation d'autres moyens, nous sommes appelés à être fermes». De même qu'il a souligné que la crise malienne aura «un impact direct» (sur la région), mettant en garde contre la circulation des armes. A ce gisement d'armes libyennes, les terroristes d'Aqmi bénéficient d'un avantage certain sur les vastes territoires du Sud. Il connaissent le moindre recoin, la moindre cache et la moindre grotte pouvant les prémunir contre d'éventuels bombardements. Ces sites, ces caches ont été d'ailleurs utilisés par les éléments de l'ANP durant la guerre de Libération pour transférer des armées du Fezzan libyen vers les territoires algériens.
Cette faculté de maîtrise d'un terrain hostile, leur donne une terrible capacité de nuisance. Des observateurs se demandent déjà si les autorités algériennes ne changeraient pas de position quant à la guerre contre les terroristes au nord du Mali. On se pose la question si l'armée algériennes n'allait pas attaquer certaines positions terroristes connues et identifiées à sa frontière avec le Mali. L'autre vérité qui se dégage est la double interprétation que revêt cette attaque. Au plan interne, c'est le deuxième poumon énergétique algérien qui a été attaqué. In Aménas est le plus grand bassin gazier du pays et l'un des plus importants, dans le monde. Au plan international, ce sont des étrangers qui ont été tués et pris en otages. Si les terroristes recherchaient d'abord un impact médiatique, il faut dire que l'objectif a été très largement atteint par cette attaque. La troisième vérité est que désormais, la guerre que mène François Hollande trouve toute sa justification et sa raison d'être. Explication: l'Algérie, un pays qui jouit d'une grande expérience dans la lutte contre le terrorisme, doté d'une armée aguerrie et de moyens de lutte conséquents subit une pareille attaque sur un site stratégique. Qu'en sera-t-il du pauvre Mali dont l'armée est sous-équipée, inexpérimentée et mal formée face à des terroristes armés jusqu'aux dents. Ces derniers ne feraient qu'une bouchée de l'armée malienne pour aller installer un émirat islamiste à Bamako.
Une autre vérité à prendre en considération, est que cela renseigne sur la tâche qui attend les forces françaises dans un conflit qui risque de durer plus longtemps que prévu.
Enfin, la dernière vérité à retenir et pas des moindres, est que cette attaque repose de manière, cruciale la question de la sécurisation des sites pétroliers algériens.
Le débat est aussi vieux que la découverte du pétrole en Algérie. Il a refait surface durant la tragédie nationale quand l'Etat algérien avait imposé, au début des années 1990, un laissez-passer pour rentrer dans la ville de Hassi Messaoud, il a été reposé en mars 2012 lors de l'attaque kamikaze commise par le Mujao dans la wilaya de Tamanrasset, reposé une troisième fois, en juin dernier, lors de l'attentat contre le siège de la gendarmerie à Ouargla et l'attaque d'hier vient nous rappeler que l'optimisation de la surveillance des sites pétroliers par les services de sécurité est plus que jamais d'actualité.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires