Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 11:05

Le projet de loi de finances 2011 présenté à l’APN

apn-algerie-copie-1.jpg

 

La commission des finances et du budget de l’APN a revendiqué  «un état des lieux» de la comptabilité du Trésor public à travers la déclaration de ses dépôts et les domaines de ses dépenses dans une transparence totale.

En maintenant le prix de référence fiscal du baril de pétrole à 37 dollars et en tablant sur un prix moyen de 60 dollars des cours du brut sur le marché international en 2011, le gouvernement dit vouloir jouer la carte de la «prudence» dans sa gestion des finances publiques. C’est aussi une marge de manœuvre assez confortable que s’octroie l’Exécutif au vu de l’écart entre la moyenne de 70 dollars représentée en 2010 par les prix du baril et le prix de référence basé sur 37 dollars dans la loi de finances. Les rédacteurs du projet de loi de finances pour l’année prochaine expliquent la démarche timide du gouvernement en mettant en avant «les tendances fluctuantes des prix du pétrole et la situation économique internationale instable».

Dans une anticipation sur les comptes de l’année prochaine, le gouvernement table sur un différentiel entre produits de la fiscalité pétrolière budgétisés et ceux recouvrés grâce aux exportations de 780 milliards de dinars devant créditer le Fonds de régulation des recettes (FRR). Un fonds créé en 2000 et dont les disponibilités, à fin juin 2009, atteignaient 4316,5 milliards de dinars. Le projet de loi de finances pour 2011, dont la présentation a été assurée à l’Assemblée populaire nationale (APN) par le ministre des Relations avec le Parlement, Mahmoud  Khedri, en l’absence du ministre des Finances, n’apporte en fait aucune  nouveauté notable par rapport à l’année précédente, d’autant que le projet débattu cette semaine par les députés a été précédé,  cet été, par la loi de finances complémentaire (LFC 2010) dont la plupart des agrégats macroéconomiques ont été reconduits dans la loi de finances 2011. Le projet de loi de finances 2011 prévoit  cependant que le solde global du Trésor soit affecté par un déficit estimé à -3626 milliards de dinars, soit 30,5% du produit intérieur brut, en augmentation par rapport à la LFC 2010 qui prévoyait un déficit budgétaire de -3545,5 milliards de dinars.

La commission des finances revendique plus de transparence

Un gros déficit qui devrait être épongé par le Fonds de régulation des recettes (FRR) et que la commission des finances et du budget de l’APN «appelle» à reconsidérer en veillant «à rationaliser les dépenses publiques» et en œuvrant à améliorer le recouvrement de la fiscalité ordinaire pour diminuer l’ampleur du déficit à moyen terme. Un objectif qui reste tributaire, selon la commission de l’APN, «d’une politique efficace pour réformer le système fiscal et dont les programmes doivent être appliqués avec rigueur», Soulignant «l’estimation considérable du déficit budgétaire» présenté par le gouvernement pour l’année fiscale 2011, la commission a recommandé, dans son rapport sur le projet de loi de finances 2011, la  mise en place «d’outils en mesure de rationaliser la dépense publique, de renforcer le contrôle de la gestion des finances publiques et de mobiliser des ressources financières, autres que celles de la fiscalité pétrolière».

La commission des finances et du budget de l’APN a revendiqué par ailleurs «un état des lieux» de la comptabilité du Trésor public à travers la déclaration de ses dépôts et les domaines de ses dépenses dans une transparence totale.

L’inflation à 3,5% et la croissance à 4%

Il est à noter que le taux cible de l’inflation pour 2011 est maintenu, selon les projections du gouvernement, à 3,5%. L’Exécutif évalue,  par ailleurs, la croissance économique à 4% globalement et à 6% hors hydrocarbures.

Le projet de loi de finances pour l’année prochaine ne contient, par ailleurs, aucune augmentation d’impôts ou de taxes et ses concepteurs mettent plutôt l’accent sur «l’encouragement de l’investissement à travers l’introduction d’exonérations et d’abattements fiscaux au profit de différentes branches de l’économie nationale et l’engagement ferme de la préservation du niveau de l’épargne publique».

Le projet de loi prévoit ainsi d’exonérer de l’impôt sur le revenu global (IRG) et de l’impôt sur le bénéfice des sociétés (IBS) les activités portant sur le lait cru dans la perspective de renforcer cette filière. Il propose également l’exonération de l’IBS des opérations génératrices de devises tant pour les activités d’exportation que pour celles réalisées localement, de même que la suppression de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour les opérations d’acquisition de navires par les compagnies de navigation  maritime.

Les chantiers de construction navale bénéficieront, dans le cadre du projet de loi de finances 2011, d’une réduction de la TVA à 7%, le même taux qui sera appliqué aux importations d’aliments d’élevage aquacole qui profitent parallèlement d’une exonération des droits de douane. Le texte définit, par ailleurs, les conditions d’application d’un abattement de 30% en cas de réinvestissement des revenus soumis à l’IRG.            

Source El Watan Zhor Hadjam

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires