Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 07:11

Quand la terre inspire le gouvernement!

fella

Renforcement des capacités humaines et appui technique aux producteurs

Le gouvernement est appelé à appliquer le système de régulation des produits agricoles à tous les produits de large consommation.

Le chef de l'Etat a appelé l'Exécutif à s'inspirer du système de régulation appliqué aux produits agricoles afin de le généraliser à tous les produits de large consommation. «Vu l'impact positif des mesures mises en oeuvre dans le cadre du système de régulation des produits agricoles de large consommation, le gouvernement doit persévérer à consolider ce dispositif et à élargir son application à tous les produits agricoles et agroalimentaires de large consommation», a-t-il déclaré avant-hier lors de l'audition du ministre de l'Agriculture, Rachid Benaïssa.
A l'origine, ce système de régulation a été appliqué uniquement pour la pomme de terre, notamment lors de la grave pénurie du tubercule en 2008. Un système bien sûr qui a été par la suite, appliqué à d'autres produits comme la tomate, la viande rouge... ce système ayant donné des résultats satisfaisants, le gouvernement est ainsi instruit de redoubler d'effort afin que cette mesure soit encore élargie à d'autres produits de large consommation.
Par ailleurs, il est à noter que lors de cette réunion restreinte d'évaluation consacrée au secteur de l'agriculture et du développement rural, Rachid Benaïssa, a présenté au président de la République un long exposé relatif aux grandes actions qui ont marqué le secteur au cours de l'année 2010 et mis en exergue les tendances de l'évolution du secteur agricole durant la période 2000-2010 et à l'horizon 2014. Une évaluation où il a été question de l'évolution du règlement structurel de la question du foncier agricole, la mise en place d'un système de régulation des produits agricoles de large consommation, l'adaptation de la politique de financement bancaire et de soutien en direction des agriculteurs et les éleveurs, l'adaptation de la politique de soutien direct pour renforcement des capacités de production et la valorisation et la régulation des produits agricoles et d'élevage...etc.
Le ministre de l'Agriculture a parlé, entre autres, du renforcement des capacités humaines et l'appui technique aux producteurs à travers un programme lancé en octobre 2010.
Abordant la protection de l'environnement, Benaïssa a débroussaillé pour l'occasion, tous les programmes lancés par son département.
Au terme de cette évaluation, le chef de l'Etat a affirmé que «les résultats obtenus dans les différentes filières de large consommation sont encourageants». Ces résultats «doivent être consolidés par un recours plus large et plus soutenu», a instruit le chef de l'Etat en soulignant que «la diffusion du savoir et du savoir-faire scientifique et technique, la formation et la vulgarisation permettront de relever efficacement le défi majeur que constituent des rendements et des productions durablement élevés». En outre, le chef de l'Etat a également insisté sur «la poursuite de la construction et de la consolidation des espaces interprofessionnels de concertation, de coordination et d'entraide qui contribuent à une meilleure prise en charge des préoccupations du monde agricole et rural et à son ouverture sur les autres métiers, notamment industriels, et sur la technologie et la modernité».

Source L’Expression Idir Tazerout 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires