Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 08:25

Les nouveaux retraités à partir du 1er janvier 2012 en sont privés

retraites-algeriens.jpg

 

L’augmentation des pensions de retraite décidée par le gouvernement en décembre dernier — augmentation à la charge du budget de l’Etat — produit ses premières injustices : les nouveaux retraités à partir du 1er janvier 2012 en sont privés. Incroyable, mais vrai ! Du jamais vu ! Aucun gouvernement au monde ne crée de telles injustices, inégalités et autres inepties. A moins que ce ne soit un appel des pouvoirs publics en direction des nouveaux retraités pour les inciter à sortir dans la rue afin de manifester et revendiquer le bénéfice des mêmes augmentations ?

Le problème, c’est que la loi de finances complémentaires 2012 est passée par là : le gouvernement a bloqué toutes les issues. Faudra- t-il attendre la loi de finances 2013 ? Quand, l’automne dernier, pendant des semaines, le gouvernement évoquait une mesure exceptionnelle en faveur des retraités, cela signifiait en fait uniquement pour les retraités actuels. Quelle tromperie ! Parmi les injustices d’une telle décision : à un jour d’intervalle, un salarié parti à la retraite le 31 décembre 2011, et un autre salarié retraité le 1er janvier 2012, tous les deux ayant travaillé dans le même organisme, ayant le même salaire et ayant cumulé le même nombre d’années de cotisations pour la retraite, se retrouveront avec plus de 10 000 DA (au moins) de différence dans leur pension de retraite. C’est très grave que le gouvernement ait pris une pareille mesure : une retraite à plusieurs vitesses ? Nous reproduisons ci-dessous l’extrait de la loi de finances complémentaire pour 2012, extrait relatif à l’augmentation des pensions de retraite, loi parue au Journal officiel n° 08 du 15 février 2012.

Une loi de finances complémentaire pour 2012 qui crée des injustices et de profondes inégalités

L’ordonnance n°12-03 du 13 février 2012 portant loi de finances complémentaire pour 2012 précise dans son article 5 : «Les pensions et allocations de retraite du régime des salariés et des non-salariés liquidées antérieurement au 1er janvier 2012 sont revalorisées, à titre exceptionnel, comme suit : — de 30% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant net perçu est inférieur ou égal à 15 000 DA ; — de 28% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant net perçu est supérieur à 15 000 DA et inférieur à 20 000 DA ; —de 26% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant net perçu est égal ou supérieur à 20 000 DA et inférieur à 25 000 DA ; — de 24% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant net perçu est égal ou supérieur à 25 000 DA et inférieur à 30 000 DA ; — de 22% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant net perçu est égal ou supérieur à 30 000 DA et inférieur à 35 000 DA ; de 20% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant net perçu est égal ou supérieur à 35 000 DA et inférieur à 40 000 DA ; — de 15% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant net perçu est égal ou supérieur à 40 000 DA. Sans préjudice des dispositions législatives en vigueur, le montant mensuel minimum de la pension de retraite directe et de la pension de retraite principale de réversion des ayants droit, ainsi que le montant mensuel minimum de la pension de retraite de réversion de la veuve ayant droit seule, du régime des salariés et des non-salariés, est porté à 15 000 DA. Le montant minimum des pensions de retraite cité à l’alinéa ci-dessus est applicable également aux pensions de retraite similaires liquidées à compter du 1er janvier 2012. Les revalorisations exceptionnelles des pensions et allocations de retraite citées au premier alinéa ci-dessus et le différentiel entre le montant mensuel minimum de la pension de retraite tel que prévu par le présent article et le montant minimum de la pension de retraite fixé au titre de la législation en vigueur relative à la retraite sont à la charge du budget de l’Etat». (Fin de citation de la loi de finances complémentaires pour 2012). Comment les nouveaux retraités de 2012 vont-ils réagir ? Qu’en pense la FNTR ? Jusqu’à maintenant elle est restée étrangement silencieuse face à une telle injustice. Et les autres associations de retraités ? Nous invitons nos lecteurs à nous faire part de leur avis et de leurs commentaires. Le système de retraite algérien est basé sur le principe de la répartition et de la solidarité intergénérationnelle. Avec une décision aussi inique, le gouvernement vient de mettre à mal ce socle de la justice sociale.

Source Le Soir d’Algérie Djilali Hadjadj

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires