Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 23:51

Autoroute Est-Ouest : les Chinois arrêtent les travauxautoroute-est-ouest-copie-1.jpg 

 

 

Le groupement chinois Citic-Crcc, en charge de la réalisation de la partie de l’autoroute est-ouest située entre Bordj Bou Arreridj et la frontière marocaine, a décidé d’arrêter les travaux. Selon nos informations, la décision a été prise à l’issue d’une réunion houleuse sur le projet, jeudi dernier, avec les responsables de l’Agence nationale des autoroutes (ANA). « Les Chinois ont décidé d’arrêter les travaux pour réclamer le paiement des surcoûts et protester contre la décision de l’ANA d’exiger la levée de toutes les réserves précédemment signalées par les bureaux d’études chargés du contrôle et du suivi du projet comme préalable au paiement des travaux », affirme à TSA une source proche du projet.
La décision du groupement Citic-Crcc d’arrêter momentanément les travaux sur les tronçons Est et Centre de cette autoroute intervient après plusieurs mois de tensions avec l’ANA. Les Chinois ont gelé en février les travaux de réalisation des tunnels de Bouzegza à Lakhdaria à l’est d’Alger. Un gel qui a duré près d’un mois. La livraison de l’autoroute entre Relizane et Oran a également été affectée par la décision chinoise de geler les travaux pour réclamer le paiement d’une première tranche de 400 millions de dollars sur une facture de plus de deux milliards de dollars correspondant à des surcoûts qui avoisineraient les deux milliards de dollars, selon la même source. Mais les Algériens ne souhaitent pas payer les surcoûts. Ils ne veulent même entendre parler de cette formulation car aucun budget n’a été dégagé dans la loi de finances 2010 pour ces travaux supplémentaires. Le groupement Citic-Crcc avait décroché en 2006 les contrats de réalisation de deux tronçons d’une longueur totale de 600 km de l’autoroute est-ouest pour plus de six milliards de dollars. Le projet devait être livré en janvier 2010.
L’éclatement du scandale de l’autoroute est-ouest en septembre dernier, avec l’arrestation en novembre dernier par les services de sécurité du secrétaire général du ministère des Travaux publics, a forcé l’ANA à revoir ses relations avec le groupement Citic-Crcc. Avant l’éclatement du scandale de l’autoroute, l’ANA privilégiait le délai au détriment de la qualité des travaux. Les relations entre les deux parties étaient beaucoup plus politiques que techniques. « L’ANA sous la pression du ministre des Travaux publics voulait à tout prix livrer le projet dans les délais. Les réserves techniques formulées par les bureaux d’études chargés du contrôle et du suivi n’étaient pas prises en compte. L’ANA ne prenait même pas la peine de les transmettre aux Chinois pour les lever afin de ne pas retarder le chantier », explique notre source.
En privilégiant la politique sur le coté technique, la Direction des travaux neufs de l’ANA, dominée par des membres du MSP le parti du ministre Amar Ghoul, a laissé faire les Chinois. Ces derniers ont profité de la situation pour alourdir la facture de la réalisation et présenté des factures de travaux supplémentaires qui n’étaient pas prévus dans les plans initiaux. « Des solutions techniques coûteuses et injustifiées ont été adoptées pour le traitement de certaines contraintes techniques. Un pont qui nécessite neuf pieux s’est retrouvé avec douze fondations spéciales. Des tirants d’ancrage ont été réalisés pour stabiliser des talus alors que ce n’était pas nécessaire. Des murs de soutènements ont été construits pour traiter des glissements de terrains mineurs », détaille notre source.
En réalité, dans cette affaire l’ANA et le groupement Citic-Crcc se partagent la responsabilité. La première parce qu’elle n’a pas joué pleinement son rôle pour optimiser le coût de la réalisation de l’autoroute est-ouest. de l'autre côté, le groupement Citic-Crcc a profité de la confiance, de la naïveté ou de la corruption de certains responsables de l’ANA et du ministère des Travaux publics pour tenter d’alourdir la facture de la réalisation.
Curieusement, Citic a utilisé une partie des sommes pour payer des intermédiaires comme Chani Medjoub et Pierre Falcone. Les Algériens oseront-ils demander à ce que ces sommes – plus de 530 millions de dollars, selon nos sources- soient déduites de la facture des « surcoûts » ?

 

Source TSA Sonia Lyes et Ali Idir

 

 

 Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires