Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 11:21

Algérie - Les ministres passent au tableau

audition revue de projets

La situation dans le secteur des finances et du budget a été au menu de la première séance d'auditions par le chef de l'Etat des membres de l'exécutif gouvernemental. Pour Karim Djoudi, le ministre en charge du département, l'exercice n'a pas dû être pénible comme il le sera très certainement pour certains de ses collègues qui vont être bien embarrassés pour justifier certains des scabreux dysfonctionnements apparus dans le suivi par leurs administrations respectives de la mise en œuvre des programmes d'investissements qui leur sont alloués. D'autres de scandaleux retards que connaissent les projets dont ils ont la charge ainsi que des opérations ayant fait apparaître qu'elles ont été à l'origine d'opérations délictueuses.

Si Bouteflika a inauguré le cycle des auditions ministérielles par celle de Karim Djoudi c'est assurément pour que le grand argentier du pays lui brosse l'exacte situation en termes financiers des moyens mis à disposition des départements ministériels, qu'il lui exprime son avis sur l'utilisation qui en est faite secteur par secteur et en quoi celle-ci pose problème dans certains d'entre eux.

L'annonce chiffrée du plan de développement 2010-2015 a permis de constater que sur les 386 milliards de dollars qui lui sont consacrés plus de 180 milliards de dollars sont destinés aux restes à réaliser des précédents plans. Somme énorme révélatrice de ce que les retards dans les réalisations coûtent au pays. Retards dont le «rattrapage» implique des réévaluations qui n'auraient pas eu de raison d'être si l'exécutif gouvernemental s'était montré à cheval et très strict en termes de suivi sur des opérations liées aux plans d'investissements initiés par l'Etat.

Dans le dernier remaniement gouvernemental opéré par le chef de l'Etat, les ministères concernés par des défaillances flagrantes et cumulées, ayant entraîné d'inconsidérés retards dans la réalisation de leurs projets sectoriels, ont eu leurs titulaires à qui il a été soit retiré purement et simplement leur portefeuille soit ont fait l'objet d'une affectation à un autre département.

Ce qui fait qu'il nous semble que les auditions qui seront consacrées ce mois de ramadan à ces secteurs ministériels défaillants seront forcément biaisées, dans la mesure où le ministre qui en fera l'objet n'est pas celui dont la responsabilité est en cause dans les dossiers à problème qu'il vient d'hériter. N'ayant donc pas de compte à rendre sur la gestion de leur précédent département, la conduite à laquelle ils se limiteront au cours de leur audition est celle de «s'engager» à réparer les dégâts commis par leurs prédécesseurs au nouveau poste» en traduisant dans les faits les orientations et instructions présidentielles. Engagement qu'ils n'ont pas pourtant respecté à la tête des précédents départements dont ils furent en charge. Sans pourtant subir quelque coup de foudre qui aurait prouvé à l'opinion publique que l'action gouvernementale et celle de chaque ministre sont jaugées et sanctionnées à l'aune du critère de la performance et de l'obligation de résultat.

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires