Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 08:23

Algérie - Azouz Begag. Écrivain et sociologue : « Mon père m’a dit un jour … »

azouz-begag.jpg

 

Ayant tenu à prendre part à « La marche du souvenir », Azouz Begag, écrivain, sociologue et ex-ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances sous le gouvernement Villepin, répond sans détour à El Watan.

Quel message voulez-vous transmettre à travers votre participation à « La marche du souvenir » ?

C’est un honneur de prendre part à une telle marche d’autant plus que ce fait a non seulement marqué l’histoire des relations entre la France et l’Algérie mais a été le début de la concrétisation de l’autodétermination algérienne. Kateb Yacine disait que pour lui, le 8 mai était le 1er jour de la cimentation du nationalisme algérien. Je trouve qu’en 2010, il est temps que la France et l’Algérie prennent conscience de la nécessité de réconcilier leurs mémoires. Il est temps de reconnaître, non pas pour s’excuser, mais au moins pour faire entrer dans les consciences que des milliers de paysans ont été massacrés en Algérie, le pays de mes parents, qui m’ont beaucoup parlé des souffrances endurées à cette époque-là.

En parlant de vos parents, natifs d’Ouricia (localité située à 9 km de Sétif) que vous ont-ils dit à propos de cette tragédie ?

Dans la ferme où habitaient mes parents près de Ouricia, une trentaine de corps ont été trouvés dans une cave. Je me rappelle aussi que ma mère me disait que ceux qui nous ont tués, ce sont « les Saliguène ». Et comme elle me devait une explication de ces propos sortis de nulle part, de la phonétique algérienne qui veut dire tout simplement les Sénégalais engagés dans l’armée française, j’ai appris que ces soldats qui étaient tous noirs, et qui, à l’instar des « Tabors » marocains, ont été utilisés pour les basses manœuvres, tuant ces pauvres paysans algériens qui avaient besoin de respirer le bonheur de la liberté et de l’égalité des chances. Il faut admettre, comme me le disait mon père, que la France a commis des atrocités et des meurtres par milliers. En ouvrant ce dossier, un jour mon père m’a dit que pour fuir les représailles, apeurés, les gens se terraient dans les champs et les grottes.

Que pouvez-vous dire en votre qualité d’homme politique ?

Je suis là en tant qu’ancien ministre français pour essayer de faire la jonction entre ces deux mémoires qui ont besoin de retrouver des points communs aujourd’hui. Ce serait cependant un moment opportun de retrouver une histoire commune pour pouvoir bâtir un avenir commun.

Hors-la-loi , le dernier film de Rachid Bouchareb, qui revient sur les massacres du 8 mai, se trouve sous les feux de la rampe ? Ce film s’inscrit dans la suite du film Indigène. Il tombe à point nommé dans la continuité de cette reconnaissance de la participation des Algériens dans les guerres de libération françaises et dans la libération des mémoires. Et je salue tous ceux qui soutiennent ce combat de la mémoire contre les négationnistes, qui ne veulent pas se rendre à l’évidence que des milliers d’Algériens ont été massacrés en mai 1945.

Que pouvez-vous dire en votre qualité d’écrivain devant prendre part au salon international du livre ?

En tant qu’écrivain, c’est important de marquer sa présence dans un tel événement culturel. J’estime que l’écrivain est le charpentier de la couture de ces mémoires. Nous avons le rôle poétique, politique et social majeur pour essayer d’éduquer le peuple vers la conscience. J’aimerais bien savoir si tous les jeunes Algériens savent ce qui s’est passé ici, il y a 65 ans. S’ils ne le savent pas, nous avons donc l’obligation de faire prendre conscience que savoir le passé, c’est un bon argument pour pouvoir bâtir l’avenir des générations des deux rives.

Source El Watan Kamel Beniaiche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

ema2100 10/05/2010 11:24



Erreur sur le premier lien ema2100 :


Correction : ema2100/lien.



Le Pèlerin 11/05/2010 18:08



Ema


même avec le second lien je n'ai rien obtenu


Explique stp


Le Pèlerin


 



ema2100 10/05/2010 11:23



Bonjour,



PS : Je vient de créer deux communautés :
Actualités et Commentaires (dans le top 10 des communautés d' Overblog):
Actualités diverses (musique,séries tv,jeux vidéos,société,sensualité,
cinéma,sports,cultures,web 2.0.........) et échanges de commentaires.
Link :
Lien : http://www.over-blog.com/com-1159854983/Actualités_et_Commentaires.html
(déjà 12 blogs inscrits)



SONDAGE :
Sondages divers et variés et actualités sur les sondages.
Société,télévision,sports,politique,musique,cinéma,jeux vidéos,stars,sensualité,
célébrités,actualités,humour,...une avalanche de sondages et d'opinions !.
Link :
Lien : http://www.over-blog.com/com-1160055704/SONDAGE.html



Bon blog , bon lundi et bonne semaine.

ema2100.


 



ema2100 10/05/2010 11:22



Bonjour,
Des gentils et des méchants dans


tous les camps.



Bon lundi ,bon blog
et bonne semaine.

ema2100.



Le Pèlerin 11/05/2010 18:05



Tout à
ema2100


Je te souhaite le meilleur


Cordialement,


Le
Pèlerin