Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 10:55

Vers sa réhabilitation ?

algerie barrage vert

 

Il est encore une fois question de relancer cet immense projet lancé au début des années 70. Entravé par des pressions climatiques et soumis aux affres de l’abattage des arbres, durant de longues années, le barrage vert va-t-il enfin être réhabilité pour notre bien-être à tous.

Des études en ce sens sont actuellement en cours de finalisation afin de préserver cette ceinture «clé» dans la lutte contre la désertification en Algérie.
De longues années après son lancement, le Barrage vert a subi d'importantes dégradations causées essentiellement par l'abattage des arbres et les pressions climatiques, imposant ainsi la nécessité de ce nouveau programme qui sera lancé «prochainement», selon la Direction générale de forêts (DGF).
En 2010, une étude sur l'évaluation des réalisations dans le cadre du Barrage vert, comprenant la proposition d'un plan d'action pour sa réhabilitation et son extension, a été lancée. «En attendant la finalisation de l’étude portant sur la réhabilitation du Barrage vert, l’accent est mis essentiellement sur la réhabilitation des sites qui ont connu des dégradations avancées et la consolidation du patrimoine existant par des opérations d’entretien des plantations forestières sur 1 120 ha et de mise en défens sur 235.500 ha», a déclaré à l'APS le directeur général des forêts, M. Mohamed Seghir Noual.
Avant même le lancement du programme de sa réhabilitation, le Barrage vert bénéficie déjà de plusieurs actions qui contribuent directement ou indirectement à sa consolidation, notamment sur sa périphérie.
Ainsi, «l’intervention qui concerne l’espace prévu pour le Barrage vert bénéficie d’importants programmes de préservation, de consolidation et dans la mesure du possible d’extension, dans le cadre du programme d’action quinquennal 2010-2014», a précisé M. Noual. Les actions essentielles concernent notamment la protection des parcours steppiques, la constitution et la gestion d’un potentiel alfatier de plus de 500 000 ha sous forme d’un fonds alfatier, la protection contre l’ensablement des agglomérations, des périmètres agricoles et des principales infrastructures socio-économiques des wilayas du Sud.
Ce programme consiste également en la création de l’Entreprise nationale du génie rural ainsi que 9 entreprises régionales de développement forestier (ORDF).
Quant au programme d'extension du Barrage vert, près de 418 projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI) dont 232 projets de proximité de lutte contre la désertification (PPLCD) ont été lancés dans 215 communes et près de 387 localités, selon M. Noual.

Une fierté algérienne
Outre la reconstitution des massifs forestiers dégradés de l’Atlas saharien avec une superficie de 300 000 ha traités, ce projet a permis la protection des centres de vie et des infrastructures socio-économiques contre l’ensablement à travers la fixation de dunes et les ceintures vertes sur près de 5 000 ha. Lancé au début des années 70, le Barrage vert a toujours été entravé par les pressions climatiques qui constituent une source d'inquiétude permanente pour l'administration forestière. «De grands efforts sont à fournir dans les régions concernées afin de redonner au Barrage vert sa vocation initiale qui est celle de grand rempart contre la désertification», estime M. Noual, soulignant que ce projet, plus de 40 ans après son lancement, est toujours considéré comme un moyen «incontournable» dans la lutte contre la désertification. «Il a en outre permis le désenclavement des populations par la mise en place des réseaux de pistes sur plus de 5 000 km et la mobilisation de la ressource hydrique au profit de développement rural qui vise la protection des ressources naturelles avec l’amélioration des conditions de vie des populations locales», a-t-il ajouté.

Source Infosoir L.S.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires