Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 00:40

La culture de la Grande Kabylie s’invite à Béjaïa

Arts-culture-populaires-Bejaia.jpg

 

La wilaya de Tizi Ouzou est, depuis quelques jours déjà, l’hôte de son homologue Béjaïa, à travers le festival culturel local des arts et cultures populaires, qui s’étalera jusqu’à vendredi.
Lors de ces quatre jours culturels, les Béjaouis découvriront les différentes richesses artistiques et culturelles de la grande Kabylie. Pour l’occasion, les enfants du Djurdjura ont concocté un programme riche et varié.
Au menu de cette manifestation encadrée par le commissariat du festival culturel local des arts et cultures populaires de la wilaya, une animation folklorique avec la troupe idheballen, de la danse folklorique, du chant, du théâtre, des conférences ainsi qu’une riche exposition portant sur les arts traditionnels de la wilaya de Tizi Ouzou en matière de patrimoine, d’histoire, d’anciens manuscrits, de costumes traditionnels, d’arts culinaires et de divers produits artisanaux, tels que la poterie, la bijouterie et la tapisserie berbères, la vannerie et la sculpture sur bois, sans oublier les arts plastiques et la photographie.
Cette manifestation a été agréablement agrémentée par un spectacle d’ouverture animé par le ballet de danse Taziba de la région d’Ath Yenni, alors qu’un concert de chants kabyles a été animé par les artistes bien connus que sont Yasmina et Ahcène Naït Zaïm. Par ailleurs, un autre gala artistique a été présenté par la troupe Taziba, suivi d’un autre spectacle animé par les chanteurs Rami et
Rachid Terki.
Rami est un jeune chanteur qui, ces derniers temps, fait un vrai tabac à chacune de ses sorties, surtout dans la ville de Tizi Ouzou. Ce gala sera donc l’occasion pour le public béjaoui d’admirer et de côtoyer celui qu’on considère comme l’une des étoiles montantes de la chanson kabyle, d’autant plus que c’est bien la première fois que l’enfant d’Aït Attelli (commune de Larbaâ Nath Irathen) se produit en terre béjaouie. Les représentants de la capitale du Djurdjura ont également prévu, hier mercredi, une conférence-débat sur l’histoire de la wilaya de Tizi Ouzou qui sera animée par Mohamed Attaf.
Dans l’après-midi, un concert a été donné par la star de la chanson kabyle Lani Rabah et le groupe Imenza. Pour clôturer cet événement, un spectacle pour enfants sera présenté demain vendredi par la troupe Au pays des rêves, suivi de la représentation de la pièce théâtrale Tawaghit a Lmumnin du théâtre régional Kateb-Yacine.

Source Liberté Samira Bouabdellah  

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires