Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 08:32

C’est le grand ménage à Béjaïa, à l’assaut des cabarets…

bars a putes

 

 

Une opération coup-de-poing visant une boîte de nuit s’est soldée par l’arrestation de douze jeunes filles. Ces dernières, sans-papiers, sont originaires d’autres wilayas et ont versé dans la prostitution en raison de difficultés sociales et financières.

Les services de sécurité combinés entre gendarmes et policiers ont effectué mardi une opération coup-de-poing dans les boîtes de nuit de la wilaya de Béjaïa. Une descente qui a ciblé plusieurs hôtels, stations balnéaires et autres discothèques, et qui s’est soldée par l’interpellation de plusieurs jeunes filles. A l’hôtel Syphax, l’opération a abouti à l’arrestation de douze jeunes filles. Ces dernières, sans-papiers, sont originaires d’autres wilayas et ont versé dans la prostitution en raison de difficultés sociales et financières.

Ranya, par exemple, originaire de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, se prostitue depuis plusieurs années. D’autres viennent d’Oran, Djelfa, Mostaganem et Blida. La prostitution est leur gagne-pain, faute d’avoir fait des études ou trouver un autre boulot. Agées entre 24 et 35 ans, ces jeunes filles ont parcouru le pays à la recherche de boîtes de nuit pour gagner le plus d’argent et tenter de s’assurer un avenir moins difficile. Pour Ranya, c’est la première fois qu’elle fréquenter ces lieux. «Je ne sais plus quoi faire, c’est mon seul gagne-pain. J’ai tout perdu, ma famille, ma dignité. Je n’ai plus rien à perdre à exercer ce métier», explique-t-elle. A Béjaïa, plus de dix discothèques sont situées en ville et des jeunes filles viennent le soir pour tenter de gagner de l’argent en contrepartie de leurs charmes. Mais la mobilisation des services de sécurité combinés, gendarmes et policiers, a réduit l’activité de ces lieux. Depuis le début de l’année, six descentes dans ces lieux de débauche ont été menées par les deux corps de sécurité.

1 000 gendarmes mobilisés pour sécuriser les estivants

La ville de Béjaïa, avec ses côtes enchanteresses, ses stations balnéaires et une population de près de 800 000 personnes, est devenue la destination la plus prisée des touristes de différentes nationalités. Pour une meilleure couverture sécuritaire de cette région, les services de police et de gendarmerie travaillent en étroite collaboration, afin de permettre aux estivants et à la population locale de passer un agréable été agréable.

Pour concrétiser ce plan spécialement conçu pour la saison estivale, la Gendarmerie nationale a mobilisé près de 1 000 gendarmes, et près de 500 policiers ont été appelés pour couvrir cette belle ville côtière du pays. Une sortie avec les éléments de la Gendarmerie nationale dans cette ville de la petite Kabylie nous a permis d’en savoir plus sur ce plan spécial «vacances». La GN a mis en place son plan «Delphine», et la police, son «Plan Azur». Mardi dernier, notre petite tournée a pris le départ du siège du groupement de la GN de Béjaïa où les éléments de la SSI sont déjà mobilisés pour une longue journée. Leur mission est de contrôler tous les axes de la ville, y compris les plages et les édifices touristiques qui connaissent une grande affluence d’estivants, venus de plusieurs wilayas du pays. Les plages d’El Mghra, de Tichy et de Capritour, sont hautement sécurisées par la mobilisation de prés de trente éléments par plage. La présence de ces éléments rassurent les estivants et leur permet de profiter de la mer jusqu’à des heures tardives, d’autant que des brigades permanentes ont été installées sur ces lieux de détente. Aussi, les plages sont prises d’assaut par des milliers d’estivants venus d’Alger, Aïn Defla, Blida, Mostaganem, Chlef, Tébessa et même du sud du pays.

Boulimat, Cap Carbon, Boukhlifa, Yemma Gouraya, des lieux féeriques

Loin de Tichy, d’autres lieux relevant de la wilaya de Béjaïa sont également pris d’assaut. Il s’agit du Cap Carbon, Boulimat, Yemma Gouraya et Boukhelifa. où les gendarmes veillent de jour comme de nuit pour que les estivants savourent la beauté des lieux. Pour cela, le groupement de la GN de Béjaïa a mobilisé trois sections de SSI de trente gendarmes motards ainsi que d’autres accompagnés de leurs chiens. L’objectif est de traquer les consommateurs de cannabis, empêcher les agressions, mais surtout faire échec à toutes tentatives d’attentats terroristes qui peuvent cibler les plages ou les stations balnéaires de la ville. A la plage Boukhelifa, des dizaines de gendarmes guettent le moindre geste de personnes suspectes, prêts à intervenir en cas de problème. Au total, près de sept points de contrôle sont installés par les gendarmes au niveau des plages. Prenons le cas de la plage Boukhelifa où les gendarmes contrôlent une surface de prés de 7 km de longueur. «Depuis l’entrée en vigueur du plan Delphine, nous n’avons enregistré aucun incident grave, à l’exception de celui qui s’est produit il y a plus de dix jours, lorsque des habitants mécontents de la présence de personnes voulant créer un lieu de débauche ont saccagé quelques véhicules», explique un adjudant-chef de la GN.

Six descentes et 162 personnes interpellées depuis janvier

Les éléments de la police de Béjaïa sont très actifs depuis le début de l’année. Ils ont effectué six descentes et procédé à l’arrestation de 162 personnes. Mobilisés aux quatre coins de la ville, ces éléments de la police judiciaire ont contrôlé plusieurs milliers de personnes avant le début de la saison estivale. Selon le commissaire principal de Béjaïa, la ville est totalement sécurisée. «Béjaïa est parmi les villes les plus sécurisées du pays. En ce qui concerne les chiffres, seules 131 infractions ont été enregistrées en l’espace de cinq mois», affirme-t-il. Une sécurité et une stabilité qui s’affirment avec le temps, mais surtout avec la mobilisation d’un dispositif sécuritaire très important.

Source Le Jour d’Algérie – S.A.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

S


j zn suit vraiment desoler que se soit devenu ainsi je me souvien de ses plages reserver au familles  et de leur tranquilliter



Répondre
L


Bonjour Selaa


Oui c'est un problème de société


La femme vivant sous culture algérienne vit dans un système éminemment machiste.


Il faut être aveugle pour ne pas le voir.


La femme a besoin e liberté.


Quels sont les moyens dont elle dispose :


L’éducation


Elle y connaît de bon résultat mais par la suite il lui faut gagner sa place au sein de la société, ce qui n’est pas toujours
évident


Elle doit s’émanciper de la tutelle familiale…Où elle est bien souvent l’esclave de la famille


Elle doit s’émanciper d’elle même car elle est tellement imprégnée de la tutelle historique que bien souvent elle est sa première ennemie


Le travail conduit bien souvent à des abus de la part de leurs collègues masculins car la société dans sa globalité ne s’y est
pas encore faite.


Le divorce malheureusement est un des moyens  d'émancipation de la femme ...Il y a un nombre inconsidérable de divorces en Algérie


Cela conduit à des déchirements…Si la culture ne lui permet pas de s’émanciper cela conduit à des divorces précipités voir à la prostitution et les situations pénibls
que vous évoquez


J’en suis le premier à le regretter. Les choses évolueront …mais doucement


Mon Blog se veut le défenseur de la situation de la femme…


Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à mes blogs


Bien cordialement,


Le Pèlerin