Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 07:48

9 blessés et des dégâts matériels à déplorer à Béjaïa

100-0742.jpg

 

Un tremblement de terre de magnitude 5,1, dont l’épicentre a été localisé sur la côte nord-est de Béjaïa, s’est produit dans la nuit de mercredi à jeudi. La secousse a eu lieu à 00h14 et a duré environ une dizaine de secondes.
L’onde de choc a été ressentie à plus d’une centaine de kilomètres de son épicentre, c’est le cas de plusieurs communes de l’arrière-pays ; des témoins ont rapporté avoir ressenti le séisme jusqu'à Jijel et Tizi Ouzou.
Ce tremblement de terre de moyenne intensité a causé la blessure de six personnes dont les maisons ont été fissurées et effondrées, mais globalement, aucun dommage visible aux bâtiments ni aux infrastructures n’est à signaler. “Tout au plus, des tableaux, de la vaisselle, des petits bibelots en haut d’une étagère chambranlante... sont tombés par terre”, ont confirmé plusieurs habitants des différents quartiers de la ville de Béjaïa. Cependant, l’intensité du séisme, suivi de quatre répliques dont la troisième était aussi forte que la première secousse, a provoqué une panique indescriptible chez les Béjaouis.
On a assisté alors à des évacuations de personnes choquées, notamment parmi les femmes. Les urgences de l’hôpital Khellil-Amrane ainsi que des cliniques privées ont réceptionné
plusieurs personnes qui ont été évacuées par des proches ou des voisins. Les efforts des autorités de wilaya sont à saluer pour avoir rassuré les familles, notamment suite aux répliques enregistrées.
On a ouvert l’antenne de la radio Soummam pour donner des informations au fur et à mesure et tenter de tranquilliser les habitants ; le chef de l’exécutif de wilaya s’est même adressé à la population via ce média, qui a permis aux foyers d'être en contact. Il est vrai que le premier réflexe des gens pour s'informer : ouvrir leur radio ou consulter Internet. Les journaux en ligne, à l'instar de Béjaïa aujourd’hui, tout comme la radio Soummam ont très bien assuré le service. Ils ont donné l'information après avoir consulté des sites spécialisés, notamment le Centre sismologique euro méditerranéen, qui a donné en premier l'information avec la magnitude et son épicentre.
Rappelons que malgré le froid glacial — les nuits sont de plus en plus fraîches —, des milliers de familles, avec parfois des enfants en bas âge, ont préféré passer la nuit à l'extérieur ; les plus nanties d'entre elles à bord des véhicules.
Si une bonne partie des autres foyers a hésité avant de braver le froid glacial, on a vite changé d’avis lorsque les deux premières répliques ont été signalées à quelque 20 minutes d'intervalle ; la troisième réplique a sérieusement ébranlé les immeubles, suscitant à nouveau la panique chez les plus téméraires. Conséquence de ce tremblement de terre
: les Béjaouis n’ont pas eu le cœur à l’opération de vote ; bien que les habitués se soient déplacés pour choisir leurs candidats. Les discussions de café et dans les quartiers tournaient autour de cette nuit cauchemardesque.

Source Liberté Ouyougoute M.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires